Insaniyyat انسانيّات

Tunis 2022

Appel à communication pour le 15 novembre 202

Adresse de contact du forum : insaniyyattunis2022[at]gmail.com 

Versions :
arabe
anglaise
turque

Présentation générale du Forum Insaniyyat

Insaniyyat انسانيّات est un Forum international des sciences humaines et sociales visant à offrir aux chercheur.e.s, de provenance et d’horizons variés et de toutes générations, un espace de débat scientifique entre pairs et d’échange avec la société sur la recherche en train de se faire. Ancrée dans le contexte que connaissent la Tunisie, le Maghreb et l’ensemble de la région (Moyen-Orient, Afrique, Europe), et en prise avec les défis urgents à relever ensemble, cette rencontre d’envergure contribuera à revaloriser le statut des sciences humaines et sociales dans l’enseignement et la recherche, à expliquer l’importance de celles-ci dans l’administration des affaires de la Cité, et à ouvrir un espace de réflexion autour de leurs dynamiques récentes, dans une perspective pluridisciplinaire.

Insaniyyat انسانيّات Tunis 2022 est organisé par les universités de la Manouba (UMA), de Tunis (UT), de Tunis al-Manar (UTM), l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC Tunis), le GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) Moyen Orient et Mondes Musulmans et la Société d’étude du Moyen-Orient et des mondes musulmans (SEMOMM), en partenariat avec d’autres institutions et organisations académiques et culturelles qui souhaiteront s’associer à cette manifestation.

Pour sa première édition, le Forum Insaniyyat de 2022 se tiendra du 20 au 24 Septembre à Tunis. Il abritera durant cinq jours un symposium scientifique (conférences, ateliers, tables-rondes) et des rencontres thématiques rassemblant plus largement acteurs des sciences humaines, écrivains, intellectuels et artistes autour des pratiques et des enjeux actuels des humanités numériques, de la circulation multilingue des savoirs et du dialogue entre SHS et société. Il abritera également un salon permettant d’exposer les nouvelles publications universitaires en sciences humaines et sociales et un ensemble riche de manifestations artistiques et culturelles.

Appel à communication pour le Forum Insaniyyat Tunis 2022

Les chercheurs en sciences humaines et sociales (doctorants, post-doctorants, enseignants-chercheurs et chercheurs) sont invités à proposer des communications pour le Forum scientifique selon deux modalités possibles :

  1. Les intéressé(e)s peuvent proposer des contributions autour du thème principal du symposium CriseSAu sortir d’une crise sanitaire de très grande ampleur, le Forum souhaite mettre en avant, dans le cadre du symposium, les recherches portant sur la notion même de crise et les mutations qui en sont le produit. Ce thème invite à replacer les crises dans un cadre chronologique et thématique plus vaste, au sein de mutations politiques, sociales, économiques, juridiques ou culturelles. Il sera aussi l’occasion d’une réflexion collective sur l’articulation entre la récente crise sanitaire et les mutations des sciences humaines et sociales, en relation avec l’actualité géopolitique et les conséquences de la digitalisation des savoirs et de la communication.
  2. En plus de ce thème principal, non exclusif, le Forum accueillera, dans le cadre de tables rondes et ateliers toutes les nouvelles recherches sur la région (Maghreb, Moyen-Orient, Afrique, espace euro-méditerranéen) dans les disciplines suivantes :
Arts et architecture
Anthropologie
Archéologie
Critique littéraire
Didactique
Droit
Démographie
Design
Études de l’image
Économie
Géographie
Gestion
Ethnologie
Histoire
Histoire de l’art
Islamologie et sciences religieuses
Religions comparées
Linguistique
Littérature
Musicologie
Philologie Philosophie
Psychologie
Relations internationales
Sociologie
Science politique
Sciences de l’éducation
Sciences de l’information
Sciences cognitives
Traduction

Les organisateurs encouragent particulièrement:

  • les contributions de chercheurs, de doctorants et post-doctorants en sciences humaines et sociales du Maghreb, de l’Afrique et du Moyen Orient ;
  • les propositions transdisciplinaires ;
  • des ateliers offrant des comparaisons entre différents pays du Maghreb, du Machrek, d’Afrique ou du reste du monde, conduisant des réflexions sur les échelles d’analyse en sciences sociales (du local au transnational)
  • des ateliers portant sur la question de l’accès au terrain et les données en sciences humaines et sociales (archives, statistiques, entretiens, etc.)
  • des panels traitant des apports, acquis et futurs, des humanités numériques pour les recherches en cours.

Les participants au Forum peuvent soumettre les propositions s’inscrivant dans le thème « CriseS» du symposium ou dans l’une des disciplines du congrès et ce, selon trois formats :

a-Atelier thématique simple : quatre intervenants, avec la présence facultative d’un discutant, pour une durée de deux heures.

b-Atelier thématique double : deux ateliers simples associés autour d’un même thème, avec huit intervenants maximum, répartis dans deux sessions de deux heures.

c-Proposition individuelle : une communication qui sera associée, si elle est retenue, à d’autres propositions par les organisateurs pour former un atelier thématique ou disciplinaire.

Chaque proposition d’atelier simple ou double comprend :

  • Le titre de l’atelier et le nom d’un responsable chargé de sa modération (faisant partie ou non des quatre intervenants)
  • Le résumé du thème général de l’atelier (1500 signes maximum)
  • Le nom des participants, leur affiliation institutionnelle et leur adresse de messagerie
  • Le résumé de chaque communication (1500 signes maximum)

Les propositions individuelles, comprenant les coordonnées et l’affiliation de leurs auteurs, ne dépasseront pas 1500 signes.

Les propositions peuvent être rédigées en arabe, anglais ou français.

Calendrier et financements

Les contributions doivent être envoyées à insaniyyattunis2022[at]gmail.com, en format Word, chaque document ayant pour titre Insaniyyat2022_NOM DU RESPONSABLE.
Téléchargement du formulaire :
– en français
– en anglais

Les propositions sont attendues pour le 15 novembre 2021 au plus tard.

Elles seront examinées par le comité scientifique du Forum qui proposera une réponse aux participants à la fin du mois de décembre 2021. Par la suite, les participants auront jusqu’au 1er avril 2022 pour modifier leur proposition acceptée, date à laquelle le programme définitif des ateliers et la version finale des résumés devront être remis aux organisateurs.

Frais d’inscription (à régler avant le 1er avril 2022) :

  • 70 euros pour les participants chercheurs en poste dans un pays du nord (Europe, Amérique du Nord…) (participants à un atelier et public)
  • 50 euros pour les participants chercheurs en poste dans un pays du sud (Moyen-Orient, Maghreb, Afrique) (participants à un atelier et public)
  • 25 euros pour les doctorants et post-doctorants.
  • Exonération pour les étudiants de licence et master dans le public.
  • L’exonération d’autres participants pourra être étudiée sur demande.

Ces frais comprennent la fourniture de la documentation et la prise en charge des pause-café, des déjeuners et du transport du lieu de résidence des participants au lieu du Forum durant les 5 jours de la manifestation. Les frais de déplacement internationaux et d’hébergement sont à la charge du participant. Des tarifs collectifs négociés seront proposés ultérieurement.

Liste des institutions co-organisatrices
GIS Moyen-Orient Mondes Musulmans, Paris
Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis
Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans (SEMOMM), Paris
Université de la Manouba
Université de Tunis
Université de Tunis al-Manar

Liste (non fermée) des partenaires
Casa Árabe, Madrid
Centre Jacques Berque, Rabat
Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc), Oran
Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et sociales (CERES), Tunis
Columbia Tunis
Conseil arabe des sciences sociales, Beyrouth
Harvard Tunis
Institut français du Proche-Orient (IFPO), Beyrouth
Institut National du Patrimoine (INP), Tunis
Institut de recherche pour le développement (IRD), Tunis
Unimed, Rome
Zentrum Moderner Orient, Berlin

Les prophètes itinérants, réécritures, appropriations et métamorphoses des figures prophétiques dans les sources islamiques (16-18/09/2021)

Colloque, Paris 16 – 18 Septembre 2021, Institut du Monde Arabe – Salle du Haut-Conseil (9è étage) et Sorbonne Université – Campus des Cordeliers (Amphithéâtre Pasquier)

Réunissant des spécialistes d’études islamologiques, littéraires et historiques, « Les prophètes itinérants » vise à jeter une lumière nouvelle sur la place qu’occupent les prophètes dans les différents champs des savoirs arabes prémodernes. Du Coran aux histoires universelles, du hadith aux miroirs des princes et du qaṣaṣ al-anbiyāʾ aux romans de chevalerie, les travaux contribueront au décloisonnement des études sur les sources de l’Islam prémoderne tout en explorant les fonctions que remplit la figure prophétique et les transformations qu’elle subit dans chaque contexte abordé.

Programme détaillé et informations pratiques disponibles sur le site du colloque.

Communiqué sur l’organisation du prochain Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient (WOCMES)

En tant que représentants des deux principales associations et institutions françaises consacrées aux études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, nous ne pouvons rester indifférents face au processus qui a conduit à reporter la date du sixième Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient (WOCMES) en 2023 et rouvrir les candidatures à son organisation.

Le Conseil consultatif international du WOCMES, au sein duquel nos institutions sont représentées, avait voté en février 2020 le principe de l’organisation du WOCMES 2022, à Tunis, sous la responsabilité de l’Université de la Manouba en collaboration avec les Universités de Tunis et Tunis El Manar. Après Mayence, Amman, Ankara et deux congrès en Espagne, il paraissait important que le WOCMES se tienne pour la première fois dans un pays du Maghreb, qui célèbre une décennie de transition politique décisive. Nous avons travaillé avec nos collègues tunisiens pour l’organisation d’une rencontre internationale ambitieuse, qui fasse la part belle aux nouvelles générations d’enseignants et de chercheurs dans la région et dans le monde, et qui ouvre de nouvelles voies de coopération et de partage entre les différentes rives de la Méditerranée.

Trois raisons nous poussent aujourd’hui à déplorer publiquement la décision récente remettant en cause la tenue de ce congrès à Tunis.

  1. Nous sommes fortement attachés à la défense de la liberté académique, sous toutes ses formes, en France et partout ailleurs. Celle-ci concerne non seulement la liberté de circuler de tous, qui a justifié cette décision du conseil du WOCMES. Mais nous tenons à rappeler que la liberté académique recouvre également la liberté de travailler, sans censure ni autre forme de répression. De ce point de vue, nous continuons de considérer que le choix des universités de Tunis pour ce Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient était l’une des meilleures façons de rendre hommage et de soutenir toutes celles et ceux qui se battent dans la région et dans le monde pour la liberté d’expression scientifique et académique.
  1. Nous sommes préoccupés par le signal que cette décision envoie au sein de la communauté académique internationale, en contribuant à dévaloriser encore plus le sens des engagements académiques collectifs. Le conseil international consultatif du WOCMES a fait le choix d’interrompre brutalement le travail bénévole engagé depuis plus d’un an par nos collègues tunisiens pour la réussite de cette manifestation mondiale, dans un contexte déjà dégradé par les impacts majeurs de la pandémie du COVID. Face à ce peu de considération et dans ces conditions d’incertitudes, qui prendra le risque de s’engager à nouveau dans l’organisation du WOCMES ?
  1. Il nous apparait de ce fait urgent de restaurer ensemble les conditions nécessaires pour que l’organisation du prochain WOCMES se déroule de manière transparente et responsable. Nous constatons que le fonctionnement actuel du conseil consultatif international du WOCMES repose actuellement sur une base juridique fragile. Il nous paraît indispensable d’apporter les modifications nécessaires pour garantir une plus grande transparence dans la prise de décision et le renouvellement de la composition du conseil, et promouvoir en son sein une représentativité accrue des différentes communautés savantes engagées au niveau international dans les études moyen-orientales. Nous demandons dans ces conditions une révision urgente du statut de ce conseil, du mode de désignation de ses membres et des règles de son fonctionnement.

Pour les bureaux du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans et de la Société d’études du Moyen-Orient et des mondes musulmans (SEMOMM)

Myriam Catusse, CNRS, IREMAM Aix-en-Provence, présidente de la SEMOMM

Eric Vallet, Université de Strasbourg, directeur du GIS MOMM

Voir ausi sur le site du GIS MOMM : http://majlis-remomm.fr/71611

En mémoire de Hassan Abbas

Portrait de Hassan Abbas
Hassan Abbas (1955-2021)

C’est avec une immense tristesse que nous apprenons le décès de Hassan Abbas (حسّان عبّاس), professeur, chercheur et intellectuel engagé dans la société civile syrienne. Après des études de littérature française à Paris à la Sorbonne Nouvelle, couronnées par une thèse sur La nouvelle en France de 1948 à 1968, soutenue en 1991, il retourne à Damas et intègre en octobre 1992 l’équipe des enseignants du stage linguistique d’arabe de l’Institut français des études arabes de Damas (Ifead, devenu Institut français du Proche-Orient en 2003). De 1992 à 2016, il joue un rôle majeur dans la formation de générations d’arabisant·es auxquelles il fera, avec passion et enthousiasme, découvrir et apprécier la culture arabe en général et syrienne en particulier. Dès son arrivée à l’Institut, il organise des manifestations culturelles hebdomadaires à destination des étudiants du stage linguistique, le vendredi soir, mettant à l’honneur la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique et la peinture. Ces manifestations connaîtront un grand succès, et toucheront un large public. Elles se poursuivront sous d’autres formes pendant plus de vingt ans, accueillant un public français, européen et syrien, auquel se joindra un public libanais lorsqu’il sera obligé de quitter son pays en 2013 pour s’installer à Beyrouth.

Parallèlement à ses activités culturelles et d’enseignement, il entreprend des recherches sur la création culturelle syrienne qui donneront lieu à plusieurs publications en arabe dont Ne ferme pas tes yeux (Bayt al-muwâtin, 2016 /  لا تغمض عينيك، بيت المواطن للنشر والتوزيع), La musique traditionnelle en Syrie (Publications de l’UNESCO, 2018 / الموسيقى التقليدية في سوريا) et Le corps dans la littérature de guerre syrienne (Presses de l’Ifpo, 2021 / الجسد في رواية الحرب السورية). En 2017, il intègre l’Institut al-Asfari pour la société civile et la citoyenneté de l’Université américaine de Beyrouth (AUB) où il dirige un programme de recherche sur la culture comme forme de résistance.

Intellectuel prolifique, Hassan Abbas était aussi un homme engagé politiquement. Dès février 2011, alors que le soulèvement syrien commence, il entreprend d’organiser à Damas et ses environs, des groupes de discussion avec les jeunes manifestants sur les questions de citoyenneté, de démocratie et de révolution. De ces échanges, qui parfois réunissent plusieurs centaines de personnes, nait le projet de fonder la Ligue de la citoyenneté en décembre 2011 et Bayt al-muwâtin (Maison du citoyen / بيت المواطن), une maison d’édition au sein de laquelle deux collections voient le jour : Silsilat al-tarbiyya al-madaniyya (Série d’éducation civique / سلسلة التربية المدنية) et Silsilat shahâdât sûriyya (Série de témoignages syriens / سلسلة شهادات سورية). L’objectif est d’une part de publier des livres accessibles au plus grand nombre sur les principales questions de citoyenneté et, d’autre part, de préserver la mémoire des évènements que traverse la Syrie depuis 2011. À Beyrouth, Hassan Abbas poursuit sans relâche ce travail d’édition et de formation à la citoyenneté.

Hassan Abbas a profondément marqué les étudiant·es qu’il a formés, les chercheur·es avec lesquel·les il a travaillé, et dont un grand nombre, devenu·es des ami·es, sont en deuil aujourd’hui. Grand érudit, esprit curieux, grand amoureux de la culture, Hassan Abbas aimait échanger avec les autres et transmettre son savoir. Il incarne pour celles et ceux qui l’ont connu cette Syrie si attachante : terre hospitalière et généreuse, assoiffée de liberté et soucieuse de dignité, creuset de tant de civilisations et d’autant de potentialités. Il manquera à la Syrie, comme il manquera à celles et ceux qui l’ont connu. Qu’il repose en paix.

La Semomm réagit à l’annonce de l’ouverture d’une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’Université

La Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans (Semomm) s’associe aux réactions de protestations contre l’annonce par la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation de l’ouverture d’une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’Université.

Conférence des Présidents d’Université (CPU)

« Islamo-gauchisme » : stopper la confusion et les polémiques stériles | CPU – Conférence des présidents d’université
cpu.fr/actualite/islamo-gauchi

CNRS

L’« islamogauchisme » n’est pas une réalité scientifique | CNRS
cnrs.fr/fr/l-islamogauchisme-n

Alliance Athéna

Communiqué de l’alliance Athéna du 18 février 2021 – alliance-athena
alliance-athena.fr/communique-

Conseil scientifique de l’Institut des sciences humaines et sociales (CS-InSHS)

Recommandation sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’Université
cnrs.fr/comitenational/csi/rec

Assassinat de Lokman Slim (1962-2021), hommage de la communauté scientifique

C’est avec une immense tristesse et un sentiment de révolte que nous apprenons la mort de Lokman Slim lâchement assassiné le 3 février 2021 dans le Sud du Liban.

Homme de culture et d’engagement, Lokman Slim paye d’un lourd tribut sa liberté de pensée et sa pratique sans concession de la liberté d’expression.

Lokman Slim anime une table ronde sur le thème « Partager les données numériques au Proche-Orient » le 29 mai 2019 lors du colloque international Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie, photographie V. Ginouvès, CC-BY.

Les chercheur·es en sciences humaines et sociales sur la région du Proche-Orient ont régulièrement bénéficié du travail de Lokman Slim à travers Umam Research & Documentation, une association qu’il co-dirigeait avec son épouse Monika Borgmann. Umam avait été créée en 2004 avec un double objectif : construire un centre d’archives citoyennes accessibles au plus grand nombre et sensibiliser le public aux sujets de la guerre et de la violence à travers les arts. Ensemble, ils avaient aussi fondé le Hangar, un centre culturel dans lequel ont été organisées de nombreuses expositions, notamment sur les mémoires de la guerre et du quartier de Ghobeiri où il était situé.

Porté par une parole située et engagée dans le développement d’une société ouverte et démocratique, ce travail de construction d’une archive de l’histoire immédiate du Liban constitue un apport décisif à nos travaux de recherche.

Lokman Slim occupait une place éminente dans la vie culturelle libanaise. Il avait fondé en 1990, avec sa sœur l’écrivaine Racha Al-Ameer, les éditions Dar Al-Jadid qui ont marqué le paysage éditorial libanais et arabe par ses choix innovants. Avec Monika Borgmann, il avait réalisé deux documentaires incontournables: Massaker (2004) livrait les témoignages d’anciens miliciens ayant participé aux massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila en 1982, Tadmor (2016) portait sur le quotidien des détenus dans la prison syrienne de Tadmor/Palmyre.

Lokman Slim était aussi un écrivain et un orateur au style vif et percutant. Il s’exprimait dans une langue ciselée, aussi bien en arabe qu’en français ou encore en anglais. Deux de ses écrits disponibles en français témoignent de la finesse de ses réflexions et de son amour sans concession du Liban : « La paix à la libanaise, ou l’art de la réconciliation sans modération » (Liban. Espaces partagés et pratiques de rencontre, Cahiers de l’Ifpo, 2008 [En ligne] https://books.openedition.org/ifpo/105) et « Beyrouth. Une capitale qui capitule » (Beyrouth à mots découpés, Poitiers, 2000, http://www.worldcat.org/oclc/495443604) dans lequel il dévoilait quelques faux-semblants de Beyrouth et du métier d’éditeur.

Cet assassinat fait craindre un nouveau cycle de violence visant les intellectuel·les. La communauté académique engagée dans l’étude et la recherche sur les sociétés du Proche-Orient s’associe à la douleur de la famille de Lokman Slim et honore sa mémoire.

Institutions en soutien : CéSor – Centre d’études en sciences sociales du religieux (UMR 8216 – EHESS / CNRS), Ifpo – Institut français du Proche-Orient (UMIFRE 6 / USR 3135-MEAE / CNRS), Sciences-Po CERI – Centre de recherches internationales, département “Etudes arabes” de l’Inalco Institut National des Langues et Civilisations Orientales –  IREMAM – Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (UMR 7310 – CNRS), MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme USR 3125 (AMU/CNRS, GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans, SEMOMM – Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans.

Emma Aubin-Boltanski (CéSOR), Sandra Barrère, (Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire TELEM), Hamit Bozarslan (CETOBaC), Myriam Catusse (IREMAM), Frédérik Detue (Université Côte d’Azur), Kamel Doraï (Ifpo), Véronique Ginouvès (MMSH), Eberhard Kienle (CERI), Pauline Koetschet (Ifpo), Stéphanie Latte-Abdallah (CERI), Franck Mermier (IFEA), Sabrina Mervin (CéSOR), René Otayek (Sciences Po Bordeaux/LAM), Jean-Christophe Peyssard (MMSH), Anna Poujeau (Ifpo), Candice Raymond (Ifpo), Elsa Zakhia (Ifpo).

Appel à candidatures : contrat doctoral ANR Lipol

Suite à l’épidémie de Covid-19 et au confinement de ce printemps, l’appel à contrat doctoral lancé par l’ANR LiPoL est rouvert jusqu’au 15 septembre 2020

Dans le cadre du programme ANR LiPoL « Littératures Populaires du Levant. Archiver, analyser et conter le Roman de Baybars au XXIe siècle », un contrat doctoral est proposé sur le thème des lieux et des usages du conte populaire arabe moderne et contemporain (XIXe-XXe siècle).

Clôture de l’appel : 15 septembre 2020, 17h (heure de Paris)

Voir l’annonce sur le Carnet de l’ANR Lipol

4e Congrès des études sur le Moyen-Orient et mondes musulmans


Aix-en-Provence, 28-30 juin 2021

Appel à contributions

Après le succès des trois précédentes éditions, le Groupement d’Intérêt Scientifique « Moyen-Orient et mondes musulmans » organisera le quatrième Congrès des études sur le Moyen- Orient et les mondes musulmans les lundi 28, mardi 29 et mercredi 30 juin 2021, dans les
locaux de la Faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines d’Aix-Marseille Université en collaboration avec l’IREMAM, l’IDEMEC, le CHERPA, l’IMAF, l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée, et en partenariat avec l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman) et la SEMOMM (Société des Études sur le Moyen-Orient et Mondes Musulmans).
Les chercheurs et enseignants-chercheurs (à partir du niveau doctorat) sont invités à envoyer des propositions d’atelier thématique au plus tard le 1er juillet 2020 en utilisant obligatoirement le document joint en word:

  • sous la forme d’un résumé en français ou en anglais de 1 500 signes maximum (espaces compris),
  • en indiquant clairement le nom du ou des responsables de l’atelier et les intervenants pressentis (jusqu’à quatre avec éventuellement un discutant),
  • en précisant l’adresse mail, l’institution et/ou le laboratoire d’appartenance pour chacun des participants,
  • en nommant le document selon le modèle : congres2021_NOMRESPONSABLE.doc
    Les thèmes proposés peuvent relever d’un ou plusieurs domaines des sciences humaines et sociales (anthropologie, archéologie et histoire de l’art, droit, économie, géographie, histoire, islamologie et sciences religieuses, linguistique, littérature, philosophie, sociologie, science
    politique), dans une perspective globale ou régionale. Comme les années précédentes, le congrès est une invitation à dépasser les cloisonnements disciplinaires et institutionnels, en rassemblant des contributeurs d’horizon divers, travaillant en France et partout dans le monde.
    Les propositions collectives émanant de jeunes chercheurs, doctorants et post-doctorants sont encouragées. Les propositions de communication individuelle ne seront en revanche pas éligibles.
    NB : Afin d’encourager la participation de chercheurs venant du Maghreb et du Moyen- Orient, une aide financière pour leur déplacement et leur hébergement pourra être accordée sur décision du conseil scientifique du GIS, en fonction des financements disponibles. Priorité sera donnée à la participation des jeunes chercheurs de ces régions.
    Les propositions seront examinées par le comité scientifique du GIS qui donnera sa réponse aux participants au début du mois d’octobre 2020. Une fois la proposition d’atelier acceptée, la liste des participants pourra être complétée ou amendée jusqu’au 15 décembre. Le programme définitif de l’atelier devra être remis à cette date.
    Pour toutes les propositions, l’envoi est à faire à l’adresse suivante : gis.congres@gmail.com
    Frais d’inscriptions (à régler au premier trimestre 2021) :
  • 30 euros pour tous les participants (participants à un atelier et public)
  • Exonération pour les adhérents de la SEMOMM (Société des Études sur le Moyen-Orient et les Mondes Musulmans)
  • 10 euros pour les doctorants participants à un atelier
  • Exonération pour les autres étudiants (Licence et Master) mais avec inscription obligatoire

Prix Michel Seurat 2020 – Appel à candidatures Sociétés contemporaines du Proche-Orient et du Maghreb

Le Prix Michel Seurat a été institué par le CNRS en juin 1988 pour « honorer la mémoire de ce chercheur du CNRS, spécialiste des questions islamiques, disparu dans des conditions tragiques.

Ce programme vise à aider financièrement chaque année un jeune chercheur, ressortissant d’un pays européen ou d’un pays du Proche-Orient ou du Maghreb, contribuant ainsi à promouvoir connaissance réciproque et compréhension entre la société française et le monde arabe ».

Depuis 2017, l’organisation du Prix a été déléguée au GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans », en partenariat avec l’IISMM-EHESS et Orient XXI.

D’un montant de 15 000 € en 2020, le Prix est ouvert aux titulaires d’un master 2 ou d’un diplôme équivalent, âgés de moins de 35 ans révolus et sans condition de nationalité, de toutes disciplines, travaillant sur les sociétés contemporaines du Proche-Orient et/ou du Maghreb.

Il a pour vocation d’aider un (ou une) jeune chercheur (ou chercheuse) à multiplier les enquêtes sur le terrain, dans le cadre de la préparation de sa thèse.

Les enquêtes doivent avoir lieu sur le terrain.

La maîtrise de la langue du pays concerné est une condition impérative.

Date limite de dépôt des candidatures :
En raison du contexte actuel, une prolongation de l’appel permet de candidater jusqu’au mardi 28 avril 2020 (minuit, heure de Paris)

Constitution du dossier impérativement en langue française :

  • un plan et un projet de recherche détaillés précisant de manière claire les enquêtes qui seront menées sur le terrain (10 pages maximum) ;
  • un curriculum vitae ;
  • une copie des diplômes obtenus, assortie le cas échéant de leur traduction en français ;
  • une ou plusieurs attestations de personnalités scientifiques : attestations récentes et en rapport avec la candidature au Prix.

Adresser votre dossier uniquement par voie électronique impérativement aux deux adresses suivantes :

prix.michel-seurat[at]cnrs.fr
prix.michel.seurat[at]ehess.fr

Règlement du prix Michel Seurat

Programme PAUSE: Appel à candidature – 15 mai 2020

Le programme PAUSE est un programme national allouant des financements incitatifs aux  organismes de recherche et aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche projetant d’accueillir un scientifique ou un artiste en danger contraint à l’exil.

Cet appel ouvre à 2 types de financement :

1/ Un financement à 100% d’un contrat doctoral de 3 ans (5 financements seront octroyés).
Sont uniquement éligibles les étudiants qui ne sont pas encore inscrits en doctorat en France et qui, dans leur pays d’origine ne sont  pas  inscrits  en  doctorat  depuis  plus  d’une  année. Télécharger les modalités pratiques.

2/ Pour toutes les autres candidatures, dont celles de doctorants inscrits en doctorat en France ou dans leur pays d’origine depuis plus d’une année : un co-financement à hauteur de 60% (ou à 80% en cas de candidatures multiples) pour une année, renouvelable sous réserve d’une nouvelle évaluation, une fois.
A noter qu’une demande de renouvellement pour une 3ème année peut être soumise pour les lauréats doctorants des sessions précédentes.


Plateforme de dépôt des dossiers: https://candidatures-pause.college-de-france.fr/
   
Critères d’éligibilité:

Établissements d’enseignement supérieur et de recherche sous tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation & Établissements d’enseignement supérieur privés d’intérêt général (EESPIG) :
Les financements ont pour objet de cofinancer un projet d’accueil pour un(e) scientifique étranger(e) de toute origine géographique et de toute discipline remplissant l’ensemble des critères d’éligibilité suivants :
Pouvoir justifier de son statut d’enseignant-chercheur ou de chercheur ou être au minimum inscrit en doctorat (dans son pays d’origine ou en France) ;
Se trouver en situation d’urgence :
– être victime de persécution ou de violence en raison du contenu de ses recherches, de la libre expression de ses opinions, de son identité, de ses croyances, de son orientation sexuelle,… ;
– être victime d’un autre type de menace à préciser.
Quel que soit son lieu de résidence actuel :
– être dans l’obligation de s’exiler de son pays d’origine ;
– être en France depuis moins de 3 ans.

Etablissements sous tutelle du ministère de la Culture
Pouvoir justifier d’une expérience d’enseignement
Se trouver en situation d’urgence :
– être victime de persécution ou de violence en raison du contenu de ses recherches, de la libre expression de ses opinions, de son identité, de ses croyances, de son orientation sexuelle,…
– être victime d’un autre type de menace à préciser.
Quel que soit son lieu de résidence actuel :
– être dans l’obligation de s’exiler de son pays d’origine ;
– être en France depuis moins de 3 ans.

Si l’ensemble de ces critères ne sont pas remplis contacter par mail l’adresse suivante : pause@college-de-france.fr
 

Suivi des recrutements, session 2020

Cette page vise à rassembler toutes les informations relatives aux recrutements de maîtres de conférences et professeurs des Universités sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans. Ces postes peuvent ressortir de sections diverses du CNU (principalement les sections 04, 15, 17, 18, 20, 21, 22, 23, 24).
Cette page est participative et tout le monde peut faire parvenir à la SEMOMM des informations qui y seront ajoutées.

Ce suivi des recrutements s’inspire des initiatives développées par d’autres associations professionnelles, comme l’Association française d’histoire économique, l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science politique, ou encore des disciplines comme les Mathématiques et la Sociologie.

Cette opération vise à rendre toutes ces informations accessibles le plus facilement possible, ce qui ne peut que bénéficier à la fois aux candidats et aux comités de sélection. Rien ne s’oppose légalement à la mise en commun des informations en question, y compris les classements à l’issue des auditions, à condition bien sûr de rappeler que ceux-ci ne sont pas définitifs. Au contraire, le recrutement de fonctionnaires, comme tout concours, est un processus public. Le secret des délibérations au sein des comités, lui, n’est pas touché.

L’objectif est donc de rassembler ici les informations suivantes:

  • nom, numéro et profil du poste
  • composition du comité de sélection
  • dates des différentes étapes
  • liste des candidats auditionnés
  • classement proposé au CA à l’issue de l’audition (qui ne préjuge pas des décisions de ce dernier).
  • recrutement définitif

Pour compléter les informations données ici, écrivez-nous à semomm.association@gmail.com

N’hésitez pas à nous contacter à semomm.association@gmail.com si vous voulez prendre une part plus active à la campagne d’information ! Nous sommes à la recherche de personnes pouvant relancer régulièrement leurs collègues pour obtenir des informations. Plus nous serons nombreux plus ce suivi sera efficace.

– Inalco : anthropologie et sciences sociales du monde arabe

Poste ouvert en section 20, 04 et 23

Internes : Jean-Jacques Thibon ; Laetita Bucaille ; Delphine Pagès-El Karoui ; Vanessa Van Renterghem ; Jean-Michel Butel

Externes : Nicolas Puig ; Eric Verdeil ; Catherine Mayeur-Jaouen ; Stéphane Lacroix ; Sylvaine Camelin

14 mai, étude des dossiers et 2 juin, audition de candidats

Contrat d’ATER – Département d’études moyen-orientales de l’Aix-Marseille Université – 2020-2021

Le Département d’études moyen-orientales de l’Aix-Marseille Université recrute trois ATERs en vue de la rentrée 2020 (prise de fonctions au 1er septembre 2020):
1) Études arméniennes – langue, histoire, sociétés (poste DEMO – IREMAM)
2) Études hébraïques – langue, littératures, civilisation (poste DEMO – IREMAM)
3) Turquie contemporaine – histoire et société (poste DEMO – IDEMEC)

Les candidatures sont à déposer en ligne sur DEMETER du 16 mars 10h au 10 avril 16h: https://demeter.univ-amu.fr/Demeter/

Arrestation de Patrick George Zaky – dernières nouvelles inquiétantes

Selon les sources italiennes, demain samedi 7 mars, “devrait avoir lieu l’audience pour le renouvellement de la détention préventive, que certains défenseurs des droits de l’homme craignent de voir prolongée périodiquement, sans limite et automatiquement. On ne sait pas non plus pour l’instant si l’audition aura lieu comme prévu le samedi ou si elle sera retardée de quelques jours.

Entre-temps, la mobilisation se poursuit, sous l’impulsion de l’université de Bologne, de l’ONG Amnesty International et d’autres organisations non gouvernementales. Les avocats de l’Initiative égyptienne pour les droits de la personne (EIPR), l’ONG avec laquelle le chercheur travaille, ont déposé deux plaintes auprès du bureau du procureur général, demandant d’enquêter sur la falsification présumée du procès-verbal et sur les tortures perpétrées contre le garçon égyptien. La première plainte, selon l’agence de presse Ansa, est dirigée contre la section des enquêtes du commissariat de Mansura pour “falsification du rapport d’arrestation du 8 février 2020″. La seconde concerne le fait que “Patrick a été battu et soumis à des chocs électriques avant d’être présenté au bureau du procureur”. Ces accusations sont démenties par la justice égyptienne.

Le garçon, inscrit à une maîtrise en études de genre à l’université de Bologne, était en Égypte au début du mois de février pour rendre visite à sa famille. Le mandat d’arrêt contre lui est en vigueur depuis 2019, mais Patrick n’en a jamais eu connaissance. Les accusations portées contre lui vont de la diffusion de fausses nouvelles à l’incitation à la violence ; de la tentative de renverser le régime à l’utilisation des médias sociaux pour porter atteinte à la sécurité nationale ; de la propagande pour les groupes terroristes à l’usage de la violence.

Selon Amnesty International, qui a envoyé une lettre à l’ambassadeur d’Égypte à Rome immédiatement après l’arrestation de Patrick, le risque que le garçon soit ou ait été physiquement torturé est très élevé. “Le sentiment est qu’il s’agit là d’une nouvelle persécution d’un militant politique : l’histoire de Zaky et l’histoire de l’Egypte sous Al Sisi nous le dit”, a écrit l’ONG sur son site internet italien. “Comme dans d’autres cas, le danger est que les crimes accusés de Zaky se réfèrent en fait à des activités légitimes de dénonciation, d’information, de commentaire ou de critique publique : des alibis pour légitimer une procédure totalement illégale”, ajoute-t-il. Interviewé par l’agence de presse ANSA, le porte-parole d’Amnesty en Italie, Riccardo Noury, a déclaré le 10 février : “Nous attendons une succession d’ordres de détention de 15 jours, renouvelables plusieurs fois, et bien sûr dans cette situation de détention prolongée, sous prétexte de mener des enquêtes, le risque est que les conditions de détention soient comparables à la torture, voire à la torture elle-même. L’ONG EIPR, dont le chercheur est membre, a rapporté que le garçon avait déjà été battu et torturé à l’électrochoc par les forces de sécurité égyptiennes”.
(source: Egitto: Zaky trasferito dal carcere di Mansoura a quello del Cairo | Sicurezza internazionale | LUISS

Livre blanc sur les Humanités numériques – GIS MOMM

Dans le prolongement du livre blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, le GIS MOMM a entrepris un état des lieux concernant la pratique des humanités numériques dans les études portant sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans. La première version du livre Livre blanc Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France a été publiée en février 2020. L’équipe qui a travaillé sur cette synthèse invite les collègues concernés à transmettre, d’ici au 30 avril 2020, leurs observations et commentaires afin d’enrichir les données rassemblées et d’encourager l’élaboration d’une version augmentée.

N’hésitez-pas à envoyer vos remarques à cette adresse: contact.gis[at]ehess.fr

Proposition d’aides à la mobilité – Ifpo

L’Ifpo propose plusieurs aides à la mobilité, aux étudiant·e·s en master (AMI courte durée), doctorant·e·s (AMI courte et longue durée) et aux chercheur·e·s post-doc (Atlas).


Séjours de recherche post-doc Atlas de 2 mois sur l’année 2020 (date limite de dépôt du dossier le 16 mars 2020)