Motion en solidarité à la communauté universitaire de Gaza, votée par le CA de l’INALCO le 7 juin 2024

Motion discutée au CA de l’Inalco le 31 mai 2024 et adoptée le 7 juin 2024.

8.1. Proposition de motion en solidarité à la communauté universitaire de Gaza

Le Conseil d’administration de l’Inalco est solidaire de l’ensemble des communautés universitaires affectées par les graves événements en cours au Proche-Orient, et notamment celles de Gaza et de Cisjordanie. A Gaza, la destruction systématique des infrastructures civiles, en particulier des universités et des bibliothèques, ainsi que la mort ou les blessures de membres de la communauté universitaire, sont une conséquence dramatique des opérations militaires de l’armée israélienne. Un retour à la normale pour le système académique palestinien nécessitera une longue reconstruction, dont la perspective demeure aujourd’hui lointaine.

Dans ce cadre, nous appelons France Universités à exprimer publiquement la préoccupation des établissements d’enseignement supérieur et de recherche français quant à cette situation aux conséquences désastreuses pour la formation et la recherche en Palestine, et pour l’avenir de toute une jeunesse, privée aujourd’hui du droit fondamental d’accéder à l’éducation.

Nous nous adressons au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et nous appelons France Universités à relayer notre appel, afin que tout soit mis en oeuvre pour permettre à nos établissements d’accueillir les enseignants, chercheurs et enseignants-chercheurs ainsi que les étudiants issus des Territoires palestiniens occupés. Nous demandons notamment à ce que les moyens du programme PAUSE soient augmentés. Pour les lauréats du programme PAUSE, nous appelons les autorités nationales à faciliter l’obtention rapide de visas et à assurer la possibilité, pour ces communautés, d’une sortie du territoire qui leur permettra de rejoindre leurs universités d’accueil avec toute la sérénité possible.

Le Conseil d’administration soutient l’engagement de la communauté universitaire de l’Inalco à éclairer les débats sur les conflits en cours selon une approche scientifique, et à accueillir des étudiants ou universitaires contraints de quitter leurs pays notamment par le biais du programme « Pause » ou du DU « Passerelle ».

L’établissement, en poursuivant en ce sens et en renforçant ses liens avec les communautés universitaires palestiniennes, notamment celles de la bande de Gaza, entend apporter sa contribution à la paix qu’il appelle de ses vœux.

Communiqué : la SEMOMM condamne les entraves répétées aux libertés académiques et à la liberté d’expression dans les universités françaises

La Société des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans (SEMOMM) a été créée en 2014 pour fédérer, représenter et soutenir celles et ceux qui contribuent à l’élaboration, la transmission et la diffusion des savoirs sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans.

Dans le contexte de la guerre à Gaza, la SEMOMM est très préoccupée par les entraves au débat observées dans les universités françaises. De nombreuses initiatives lancées par des collectifs étudiants, ainsi que quelques rencontres organisées par des chercheurs et enseignants universitaires ont été empêchées ou annulées.

Dans une partie des médias et de la classe politique, ces activités sont accusées à tort d’inciter à la violence et de faire le lit de l’antisémitisme. Certains acteurs politiques vont même jusqu’à exercer des pressions directes et un chantage aux financements au détriment de certains établissements d’enseignement supérieur.

La SEMOMM condamne ces atteintes répétées aux libertés académiques et à la liberté d’expression. Elle rappelle le caractère indispensable du travail d’information, de recherche et de débat au sein des universités sur tous les sujets sans exception.

Lettre de la SEMOMM contre l’arrestation de Nadera Shalhoub Kevorkian de l’Université hébraïque


Paris, 19th of April 2024


Dear Professors Cohen, Sheafer, and Ben Arieh,

SEMOMM was established in 2014. It is the leading French organisation devoted to the scholarly study of the Middle East and North Africa. SEMOMM is strongly concerned by the threats against academic freedom and works to prevent governmental actions of censorship and restriction of research independence, on mobility, prosecution, and extrajudicial imprisonment and elimination of individuals on the basis of their scholarly activity. It is within our institutional remit therefore that we take urgent action in relation to the legal persecution of Hebrew University Professor and internationally renowned feminist scholar Nadera ShalhoubKevorkian.


Around 5 pm on Thursday, April 18, 2024, Hebrew University professor and internationally renowned feminist scholar Nadera Shalhoub-Kevorkian was arrested by Israeli police at her home in the Old City of Jerusalem on the charge of incitement to violence. The police raided and searched her home and subjected her to a harsh and dehumanizing interrogation. Her lawyer
said the charges against her were serious. She was released the following day as the judge was ‘unconvinced’ she’s dangerous. Most importantly, the international mobilization as well as her Palestinian and Israeli colleagues protests led to her release and to the Hebrew University to issue a statement on Thursday condemning Shalhoub-Kevorkian’s arrest. However, this hasn’t ended the Kafkaesque situation; quite the opposite, threats of arrest of the Professor by the Israeli police are still very real.

Palestinians in Israeli detention suffer physical, emotional, and mental violence. Professor Shalhoub-Kevorkian, who holds both Israeli and U.S. citizenship, has been subjected to violent repression and harassment by the Hebrew University for speaking out against the ongoing genocide in Gaza. Furthermore, she was suspended from her teaching duties in March, though later reinstated once it became clear that there is no basis for the allegations
against her.

The attack against Professor Shalhoub-Kevorkian is one on all Palestinian scholars, students, and activists who bring to light the violent and plausible genocidal nature of the Israeli state, which was on full view of the world during South Africa’s presentation at the International Court of Justice (ICJ). That presentation was sufficiently persuasive that the ICJ almost unanimously found in its provisional ruling on January 26, 2024 that Israel’s attack on Gaza is plausibly genocide. We thus recognize this as an attempt to silence critique of Israeli state violence in a context of a society infused with open genocidal incitement and discourse. In fact, the Minister of National Security Itamar Ben Gvir welcomed the arrest and said that it “conveys an important message – whoever incites against the State of Israel, we will take action against them. They will not be able to hide behind their position or any other title.” This silencing and repression endangers not only Professor Shalhoub-Kevorkian, but also the lives and education of students who study, write, and are part of her intellectual community in the Hebrew University and beyond.

We, as international academics, hold the Hebrew University of Jerusalem responsible for the arrest, the detention and the persecution of Professor Shalhoub-Kevorkian because of its persistent and public repression of her academic freedom, which led directly to her arrest. We call on international scholars, activists, and people of conscience to demand the immediate end of judicial persecution against Professor Shalhoub-Kevorkian, and for all charges against her to be dropped. We are outraged by this unlawful action, and we refuse the continuing violence the Israeli state and its institutions wage against the Palestinian people and those who stand for justice and freedom.


Eric Verdeil, President of the SEMOMM


On behalf of the SEMOMM’s bureau

Communiqué de la Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans contre le génocide et en solidarité avec les universitaires et étudiants de Gaza et de Palestine

Le bilan de de l’attaque israélienne sur Gaza s’élève déjà à plus de 100 000 morts et blessés palestiniens selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.  La Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans (SEMOMM) s’associe à la condamnation de cette attaque par le Conseil d’administration de l’Association d’études du Moyen Orient (MESA : version originale et traduction française) et son Comité pour la liberté académique, ainsi qu’à l’initiative européenne lancée par la Coordination universitaire contre la colonisation en Palestine.

Parmi les victimes de l’effroyable bilan humain de cette attaque, on compte 94 professeurs d’université, 231 enseignants et plus de 4 300 étudiants et étudiantes (chiffres de la CUCCP au 5 mars 2024). L’ensemble des universités de Gaza ainsi que 346 écoles ont été détruites, ainsi que de très nombreux sites patrimoniaux et institutions culturelles de Gaza. L’armée israélienne a détruit les principales bibliothèques de Gaza, de nombreuses librairies, maisons d’édition et des centaines d’autres institutions culturelles et scientifiques. Cette guerre est aussi une guerre contre le droit à l’éducation.

Nous demandons l’arrêt immédiat des actions qui aggravent chaque jour la logique génocidaire et nous exprimons en particulier notre solidarité à l’égard des universitaires et des étudiants de Palestine. Nous refusons toute collaboration avec les organisations israéliennes, notamment les universités, qui se rendent coupables de collaboration avec le massacre en cours. Nous appelons le gouvernement français et l’Union européenne à tout faire pour mettre fin au génocide et à s’engager pour la reconstruction de Gaza et en particulier de son enseignement supérieur.

La SEMOMM est aussi très préoccupée par les atteintes aux libertés académiques en France. Dans ce cadre, elle s’étonne du traitement médiatique donné à la conférence sur la Palestine qui s’est tenue à Sciences Po le 12 mars, ainsi que des termes utilisés au plus haut niveau de l’État pour qualifier les faits qui se sont déroulés. Elle s’inquiète de voir l’accusation d’antisémitisme brandie sans fondement pour discréditer toute activité de recherche critique sur la politique poursuivie actuellement par l’État d’Israël. Sur un sujet aussi grave, la prudence et la mesure s’imposent. La SEMOMM redit son attachement au respect des libertés académiques et pédagogiques. Les universités doivent rester des lieux de débat où les analyses peuvent être exprimées et discutées dans toute leur diversité.

Signé : Le bureau de la SEMOMM

ADHÉREZ ! La SEMOMM engage sa campagne d’adhésion pour 2024

La prochaine Assemblée Générale de l’association se tiendra le 26 janvier à partir de 14h, à , à l’auditorium Dumézil, à la maison de la recherche de l’INALCO, 2 rue de Lille, 75007 Paris (une visioconférence sera mise en place).

La SEMOMM se propose fédérer, représenter et soutenir celles et ceux qui contribuent à l’élaboration, la transmission et la diffusion des savoirs élaborés dans le respect des disciplines académiques sur le Moyen-Orient et les Mondes Musulmans. Alors que la guerre actuelle et ses répercussions ont des conséquences délétères sur nos activités de recherche (et parfois même sur nos vies personnelles), le renforcement de notre association professionnelle est plus que jamais nécessaire. 

Au cours des prochains mois, l’association concentrera ses activités sur les enjeux des libertés académiques dans nos disciplines et sur nos terrains, sur le soutien à la jeune recherche et à sa professionnalisation, ainsi que sur le maintien des liens et la création d’un réseau avec les chercheurs du Moyen-Orient et les mondes musulmans.

Cette AG sera l’occasion de nous retrouver, d’élire un nouveau bureau, un ou une nouvelle président.e et de définir les modalités concrètes de nos actions. 

Pour participer aux activités de la SEMOMM, adhérez et faites adhérer à l’association en cliquant sur ce lien : ADHESION SEMOMM

Assemblée générale de la SEMOMM – Appel au renouvellement du bureau

La Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes Musulmans tiendra son Assemblée Générale le 13 juillet, 14 :00, au Grand Amphi de l’Université Lyon 2, à l’occasion du 5ème congrès du GIS MOMM.

Possibilité de participer à la discussion en ligne : https://cnrs.zoom.us/j/99161336972?pwd=cWQ5dTRwZGNpTDBXdjFjZG1rZFMvdz09

Adhérents, adhérentes, sympathisants, sympathisantes, nous vous y invitons pour discuter des activités de l’association, de ses perspectives, et surtout pour y élire un nouveau bureau !

La SEMOMM a besoin d’idées et d’énergies nouvelles.


N’hésitez pas à nous contacter pour en discuter en amont,

Le bureau de la SEMOMM

Des nouvelles de la SEMOMM

campagne d’adhésion 2023 de la Semomm

La SEMOMM, Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes Musulmans, est une association qui a pour objectif de fédérer, soutenir et représenter ceux qui contribuent à l’élaboration, la transmission et la diffusion des connaissances sur le Moyen-Orient et les Mondes Musulmans. Elle le fait notamment en contribuant à l’organisation d’un congrès biennal des études sur cette région et par l’organisation de conférences. Elle complète l’action du GIS Moyen-Orient, fédération d’institutions – tutelles et équipes et entend développer des partenariats avec les instances collectives nationales et internationales sur le champ.

Un carnet hypothèse (Le Carnet de la SEMOMM) et une page facebook (https://www.facebook.com/assosemomm/) permettent de garder le lien et de diffuser des informations. N’hésitez donc pas à rejoindre l’association, à nous solliciter pour d’éventuelles initiatives ou partenariats et à nous communiquer des informations à diffuser.

Le forum Insaniyyat à Tunis en septembre 2022 a été, vous le savez, un grand succès et ce fut une joie de retrouver « en vrai » de très nombreux collègues. Le GIS Momm se tiendra à Lyon du 11 au 13 juillet 2023, ce sera l’occasion, après le congrès d’Aix en hybride, de se réunir et de travailler ensemble au travers des ateliers et des tables rondes. La SEMOMM y sera bien sûr. Elle participe activement à l’organisation du Congrès, est associée aux prix de thèses qui seront remis durant le GIS et co-pilote avec les associations CCMO, Dîwân, Halqa et Noria un « Fil rouge » sur les jeunes métiers de la recherche et de l’enseignement dans et au sujet du Moyen-Orient et des mondes musulmans.

Notre assemblée générale aura également lieu durant le Congrès du GIS à Lyon.

N’hésitez donc pas à rejoindre l’association, à nous solliciter pour d’éventuelles initiatives ou partenariats et à nous communiquer des informations à diffuser

Pour adhérer et nous soutenir cliquez ici

Vous pouvez également régler cotisation de 20 euros par chèque à l’ordre de la SEMOMM en l’envoyant à notre trésorière en précisant votre nom, votre statut et votre affiliation :

Agnès Charpentier, Islam Médiéval, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne,

17, rue de La Sorbonne, 75005 Paris

Au nom des membres du bureau de la SEMOMM, nous vous remercions pour votre soutien et votre participation à la vie de notre association,

Bien cordialement

Myriam Catusse

Présidente de la Semomm

Appel à candidatures | Prix de thèse Islam Moyen-Orient et mondes musulmans 2023

Le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans (CNRS, UAR 2999) et l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM, UAR 2500) organisent en 2023 la dixième édition des Prix de thèse Islam Moyen-Orient et mondes musulmans. Sont éligibles des travaux soutenus en français ou en France entre le 1er janvier 2021 et le 31 décembre 2022, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales. L’organisation de ces prix de thèse entend distinguer des travaux de recherche portant sur l’Islam, le Moyen-Orient et les mondes musulmans, caractérisés par leur excellence et leur caractère particulièrement innovant (en matière de méthode, de résultats ou de proposition théorique) en sciences humaines et sociales (anthropologie, ethnologie, islamologie, sociologie, histoire, histoire de l’art, archéologie, science politique, géographie, relations internationales, langues et littérature…).

Plusieurs prix seront attribués et remis solennellement lors du Vcongrès du GIS MOMM à Lyon (11-13 juillet 2023) :

  • Les prix généraux du GIS et de l’IISMM, récompensant des travaux remarquables dans toutes les disciplines SHS et pour toutes les aires (Maghreb, Moyen-Orient, mondes musulmans).
  • Le prix Rémy Leveau sur l’islam en France et en Europe décerné par le Bureau central des cultes (BCC), du ministère de l’Intérieur.
  • Le prix de la meilleure thèse francophone sur le Maghreb, organisé avec le soutien du chantier prioritaire Maghreb 3D du GIS MOMM.

D’autres partenaires sont sollicités, susceptibles de décerner des prix spécifiques.

Conditions générales de candidature :

  • Avoir soutenu entre le 1er janvier 2021 et le 31 décembre 2022 une thèse en français ou en France sur l’Islam, le Moyen-Orient et les mondes musulmans en lettres, sciences humaines et sociales ;
  • Avoir obtenu les félicitations du jury (dans les universités où cela se pratique) et/ou un rapport de soutenance particulièrement élogieux.
  • Envoyer un dossier complet selon les modalités ci-dessous, au plus tard le vendredi 13 janvier 2023 à l’adresse suivante : gismomm-iismm.prix@cnrs.fr.

Conditions particulières pour le prix de la thèse francophone sur le Maghreb :
Le candidat, citoyen d’un des cinq pays du Maghreb, doit avoir soutenu sa thèse en français, soit dans son pays, soit en France même, dans les délais et dans les disciplines indiquées ci-dessus.

Composition du dossier (PDF unique au nom du candidat) :
• Un exemplaire électronique de la thèse au format PDF.
• Un exemplaire du rapport du jury en format PDF. Pour les universités étrangères où il n’existe pas de rapport, prière de joindre deux lettres de recommandation : la première du directeur de thèse, la seconde d’un autre universitaire.
• Un CV et une liste des publications en format PDF.
• Une copie de la carte d’identité pour le prix de la thèse francophone.
NB : Si le rapport n’est pas disponible le 13 janvier 2023, il est possible de le faire parvenir avant la fin du mois de janvier.

Fiches de poste 2023 UMIFRE IFRE

Le MEAE lance sa campagne de recrutement pour les UMIFRE et IFRE (postes de chercheurs, directeurs et responsables d’antenne) le 23 juin 2022, cette dernière se terminera le 23 août 2022.

Pour s’inscrire et postuler : https://pastel.diplomatie.gouv.fr/transparenceext/transparence_liste_candidatures.php   puis sur « Postes à pourvoir » dans la rubrique « Postes à l’étranger ».

Chaque candidat devra se créer un compte Transparence pour candidater via la plateforme en ligne (CV, lettre de motivation, projet de direction etc…).

Cette année, des postes sont à pourvoir en Asie, Afrique, Maghreb et Amérique latine.

Des nouvelles de la SEMOMM en 2022

La SEMOMM, Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes Musulmans, est une association qui a pour objectif de fédérer, soutenir et représenter ceux qui contribuent à l’élaboration, la transmission et la diffusion des connaissances sur le Moyen-Orient et les Mondes Musulmans. Elle le fait notamment en contribuant à l’organisation d’un congrès biennal des études sur cette région et par l’organisation de conférences. Elle complète l’action du GIS Moyen-Orient, fédération d’institutions – tutelles et équipes et entend développer des partenariats avec les instances collectives nationales et internationales sur le champ.

Un carnet de recherche et une page Facebook permettent de garder le lien et de diffuser des informations. N’hésitez donc pas à rejoindre l’association, à nous solliciter pour d’éventuelles initiatives ou partenariats et à nous communiquer des informations à diffuser.

L’année 2022 est celle du Forum Insaniyyat (Forum international des sciences humaines et sociales) organisé par les universités de la Manouba (UMA), de Tunis (UT), de Tunis al-Manar (UTM), l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC Tunis), le GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) Moyen Orient et Mondes Musulmans et la Société d’étude du Moyen-Orient et des mondes musulmans (SEMOMM). Il se tiendra à Tunis du 20 au 24 septembre 2024. La SEMOMM y sera bien sûr.

N’hésitez donc pas à rejoindre l’association, à nous solliciter pour d’éventuelles initiatives ou partenariats et à nous communiquer des informations à diffuser

Pour adhérer et nous soutenir cliquez ici

Vous pouvez également régler cotisation de 20 euros par chèque à l’ordre de la SEMOMM en l’envoyant à notre trésorière en précisant votre nom, votre statut et votre affiliation :

Agnès Charpentier

Islam Médiéval

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

17, rue de La Sorbonne

75005 Paris

Au nom des membres du bureau de la SEMOMM, nous vous remercions pour votre soutien et votre participation à la vie de notre association,

Bien cordialement

Myriam Catusse

Présidente de la Semomm

Appel à projets (AAP) 2022 “Islam, religion et société”

Chaque année, le bureau central des cultes, rattaché à la direction des libertés publiques et des affaires juridiques du ministère de l’intérieur, publie un appel à projets destiné à soutenir des projets de recherche menés par de jeunes chercheurs en islamologie ou en sciences humaines et sociales sur l’islam en France.

Voir le texte complet de l’appel à projets sur le site du Ministère de l’Intérieur

Insaniyyat انسانيّات

Tunis 2022

Appel à communication pour le 15 novembre 202

Adresse de contact du forum : insaniyyattunis2022[at]gmail.com 

Versions :
arabe
anglaise
turque

Présentation générale du Forum Insaniyyat

Insaniyyat انسانيّات est un Forum international des sciences humaines et sociales visant à offrir aux chercheur.e.s, de provenance et d’horizons variés et de toutes générations, un espace de débat scientifique entre pairs et d’échange avec la société sur la recherche en train de se faire. Ancrée dans le contexte que connaissent la Tunisie, le Maghreb et l’ensemble de la région (Moyen-Orient, Afrique, Europe), et en prise avec les défis urgents à relever ensemble, cette rencontre d’envergure contribuera à revaloriser le statut des sciences humaines et sociales dans l’enseignement et la recherche, à expliquer l’importance de celles-ci dans l’administration des affaires de la Cité, et à ouvrir un espace de réflexion autour de leurs dynamiques récentes, dans une perspective pluridisciplinaire.

Insaniyyat انسانيّات Tunis 2022 est organisé par les universités de la Manouba (UMA), de Tunis (UT), de Tunis al-Manar (UTM), l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC Tunis), le GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) Moyen Orient et Mondes Musulmans et la Société d’étude du Moyen-Orient et des mondes musulmans (SEMOMM), en partenariat avec d’autres institutions et organisations académiques et culturelles qui souhaiteront s’associer à cette manifestation.

Pour sa première édition, le Forum Insaniyyat de 2022 se tiendra du 20 au 24 Septembre à Tunis. Il abritera durant cinq jours un symposium scientifique (conférences, ateliers, tables-rondes) et des rencontres thématiques rassemblant plus largement acteurs des sciences humaines, écrivains, intellectuels et artistes autour des pratiques et des enjeux actuels des humanités numériques, de la circulation multilingue des savoirs et du dialogue entre SHS et société. Il abritera également un salon permettant d’exposer les nouvelles publications universitaires en sciences humaines et sociales et un ensemble riche de manifestations artistiques et culturelles.

Appel à communication pour le Forum Insaniyyat Tunis 2022

Les chercheurs en sciences humaines et sociales (doctorants, post-doctorants, enseignants-chercheurs et chercheurs) sont invités à proposer des communications pour le Forum scientifique selon deux modalités possibles :

  1. Les intéressé(e)s peuvent proposer des contributions autour du thème principal du symposium CriseSAu sortir d’une crise sanitaire de très grande ampleur, le Forum souhaite mettre en avant, dans le cadre du symposium, les recherches portant sur la notion même de crise et les mutations qui en sont le produit. Ce thème invite à replacer les crises dans un cadre chronologique et thématique plus vaste, au sein de mutations politiques, sociales, économiques, juridiques ou culturelles. Il sera aussi l’occasion d’une réflexion collective sur l’articulation entre la récente crise sanitaire et les mutations des sciences humaines et sociales, en relation avec l’actualité géopolitique et les conséquences de la digitalisation des savoirs et de la communication.
  2. En plus de ce thème principal, non exclusif, le Forum accueillera, dans le cadre de tables rondes et ateliers toutes les nouvelles recherches sur la région (Maghreb, Moyen-Orient, Afrique, espace euro-méditerranéen) dans les disciplines suivantes :
Arts et architecture
Anthropologie
Archéologie
Critique littéraire
Didactique
Droit
Démographie
Design
Études de l’image
Économie
Géographie
Gestion
Ethnologie
Histoire
Histoire de l’art
Islamologie et sciences religieuses
Religions comparées
Linguistique
Littérature
Musicologie
Philologie Philosophie
Psychologie
Relations internationales
Sociologie
Science politique
Sciences de l’éducation
Sciences de l’information
Sciences cognitives
Traduction

Les organisateurs encouragent particulièrement:

  • les contributions de chercheurs, de doctorants et post-doctorants en sciences humaines et sociales du Maghreb, de l’Afrique et du Moyen Orient ;
  • les propositions transdisciplinaires ;
  • des ateliers offrant des comparaisons entre différents pays du Maghreb, du Machrek, d’Afrique ou du reste du monde, conduisant des réflexions sur les échelles d’analyse en sciences sociales (du local au transnational)
  • des ateliers portant sur la question de l’accès au terrain et les données en sciences humaines et sociales (archives, statistiques, entretiens, etc.)
  • des panels traitant des apports, acquis et futurs, des humanités numériques pour les recherches en cours.

Les participants au Forum peuvent soumettre les propositions s’inscrivant dans le thème « CriseS» du symposium ou dans l’une des disciplines du congrès et ce, selon trois formats :

a-Atelier thématique simple : quatre intervenants, avec la présence facultative d’un discutant, pour une durée de deux heures.

b-Atelier thématique double : deux ateliers simples associés autour d’un même thème, avec huit intervenants maximum, répartis dans deux sessions de deux heures.

c-Proposition individuelle : une communication qui sera associée, si elle est retenue, à d’autres propositions par les organisateurs pour former un atelier thématique ou disciplinaire.

Chaque proposition d’atelier simple ou double comprend :

  • Le titre de l’atelier et le nom d’un responsable chargé de sa modération (faisant partie ou non des quatre intervenants)
  • Le résumé du thème général de l’atelier (1500 signes maximum)
  • Le nom des participants, leur affiliation institutionnelle et leur adresse de messagerie
  • Le résumé de chaque communication (1500 signes maximum)

Les propositions individuelles, comprenant les coordonnées et l’affiliation de leurs auteurs, ne dépasseront pas 1500 signes.

Les propositions peuvent être rédigées en arabe, anglais ou français.

Calendrier et financements

Les contributions doivent être envoyées à insaniyyattunis2022[at]gmail.com, en format Word, chaque document ayant pour titre Insaniyyat2022_NOM DU RESPONSABLE.
Téléchargement du formulaire :
– en français
– en anglais

Les propositions sont attendues pour le 15 novembre 2021 au plus tard.

Elles seront examinées par le comité scientifique du Forum qui proposera une réponse aux participants à la fin du mois de décembre 2021. Par la suite, les participants auront jusqu’au 1er avril 2022 pour modifier leur proposition acceptée, date à laquelle le programme définitif des ateliers et la version finale des résumés devront être remis aux organisateurs.

Frais d’inscription (à régler avant le 1er avril 2022) :

  • 70 euros pour les participants chercheurs en poste dans un pays du nord (Europe, Amérique du Nord…) (participants à un atelier et public)
  • 50 euros pour les participants chercheurs en poste dans un pays du sud (Moyen-Orient, Maghreb, Afrique) (participants à un atelier et public)
  • 25 euros pour les doctorants et post-doctorants.
  • Exonération pour les étudiants de licence et master dans le public.
  • L’exonération d’autres participants pourra être étudiée sur demande.

Ces frais comprennent la fourniture de la documentation et la prise en charge des pause-café, des déjeuners et du transport du lieu de résidence des participants au lieu du Forum durant les 5 jours de la manifestation. Les frais de déplacement internationaux et d’hébergement sont à la charge du participant. Des tarifs collectifs négociés seront proposés ultérieurement.

Liste des institutions co-organisatrices
GIS Moyen-Orient Mondes Musulmans, Paris
Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis
Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans (SEMOMM), Paris
Université de la Manouba
Université de Tunis
Université de Tunis al-Manar

Liste (non fermée) des partenaires
Casa Árabe, Madrid
Centre Jacques Berque, Rabat
Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc), Oran
Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et sociales (CERES), Tunis
Columbia Tunis
Conseil arabe des sciences sociales, Beyrouth
Harvard Tunis
Institut français du Proche-Orient (IFPO), Beyrouth
Institut National du Patrimoine (INP), Tunis
Institut de recherche pour le développement (IRD), Tunis
Unimed, Rome
Zentrum Moderner Orient, Berlin

Les prophètes itinérants, réécritures, appropriations et métamorphoses des figures prophétiques dans les sources islamiques (16-18/09/2021)

Colloque, Paris 16 – 18 Septembre 2021, Institut du Monde Arabe – Salle du Haut-Conseil (9è étage) et Sorbonne Université – Campus des Cordeliers (Amphithéâtre Pasquier)

Réunissant des spécialistes d’études islamologiques, littéraires et historiques, « Les prophètes itinérants » vise à jeter une lumière nouvelle sur la place qu’occupent les prophètes dans les différents champs des savoirs arabes prémodernes. Du Coran aux histoires universelles, du hadith aux miroirs des princes et du qaṣaṣ al-anbiyāʾ aux romans de chevalerie, les travaux contribueront au décloisonnement des études sur les sources de l’Islam prémoderne tout en explorant les fonctions que remplit la figure prophétique et les transformations qu’elle subit dans chaque contexte abordé.

Programme détaillé et informations pratiques disponibles sur le site du colloque.

Communiqué sur l’organisation du prochain Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient (WOCMES)

En tant que représentants des deux principales associations et institutions françaises consacrées aux études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, nous ne pouvons rester indifférents face au processus qui a conduit à reporter la date du sixième Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient (WOCMES) en 2023 et rouvrir les candidatures à son organisation.

Le Conseil consultatif international du WOCMES, au sein duquel nos institutions sont représentées, avait voté en février 2020 le principe de l’organisation du WOCMES 2022, à Tunis, sous la responsabilité de l’Université de la Manouba en collaboration avec les Universités de Tunis et Tunis El Manar. Après Mayence, Amman, Ankara et deux congrès en Espagne, il paraissait important que le WOCMES se tienne pour la première fois dans un pays du Maghreb, qui célèbre une décennie de transition politique décisive. Nous avons travaillé avec nos collègues tunisiens pour l’organisation d’une rencontre internationale ambitieuse, qui fasse la part belle aux nouvelles générations d’enseignants et de chercheurs dans la région et dans le monde, et qui ouvre de nouvelles voies de coopération et de partage entre les différentes rives de la Méditerranée.

Trois raisons nous poussent aujourd’hui à déplorer publiquement la décision récente remettant en cause la tenue de ce congrès à Tunis.

  1. Nous sommes fortement attachés à la défense de la liberté académique, sous toutes ses formes, en France et partout ailleurs. Celle-ci concerne non seulement la liberté de circuler de tous, qui a justifié cette décision du conseil du WOCMES. Mais nous tenons à rappeler que la liberté académique recouvre également la liberté de travailler, sans censure ni autre forme de répression. De ce point de vue, nous continuons de considérer que le choix des universités de Tunis pour ce Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient était l’une des meilleures façons de rendre hommage et de soutenir toutes celles et ceux qui se battent dans la région et dans le monde pour la liberté d’expression scientifique et académique.
  1. Nous sommes préoccupés par le signal que cette décision envoie au sein de la communauté académique internationale, en contribuant à dévaloriser encore plus le sens des engagements académiques collectifs. Le conseil international consultatif du WOCMES a fait le choix d’interrompre brutalement le travail bénévole engagé depuis plus d’un an par nos collègues tunisiens pour la réussite de cette manifestation mondiale, dans un contexte déjà dégradé par les impacts majeurs de la pandémie du COVID. Face à ce peu de considération et dans ces conditions d’incertitudes, qui prendra le risque de s’engager à nouveau dans l’organisation du WOCMES ?
  1. Il nous apparait de ce fait urgent de restaurer ensemble les conditions nécessaires pour que l’organisation du prochain WOCMES se déroule de manière transparente et responsable. Nous constatons que le fonctionnement actuel du conseil consultatif international du WOCMES repose actuellement sur une base juridique fragile. Il nous paraît indispensable d’apporter les modifications nécessaires pour garantir une plus grande transparence dans la prise de décision et le renouvellement de la composition du conseil, et promouvoir en son sein une représentativité accrue des différentes communautés savantes engagées au niveau international dans les études moyen-orientales. Nous demandons dans ces conditions une révision urgente du statut de ce conseil, du mode de désignation de ses membres et des règles de son fonctionnement.

Pour les bureaux du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans et de la Société d’études du Moyen-Orient et des mondes musulmans (SEMOMM)

Myriam Catusse, CNRS, IREMAM Aix-en-Provence, présidente de la SEMOMM

Eric Vallet, Université de Strasbourg, directeur du GIS MOMM

Voir ausi sur le site du GIS MOMM : http://majlis-remomm.fr/71611

En mémoire de Hassan Abbas

Portrait de Hassan Abbas
Hassan Abbas (1955-2021)

C’est avec une immense tristesse que nous apprenons le décès de Hassan Abbas (حسّان عبّاس), professeur, chercheur et intellectuel engagé dans la société civile syrienne. Après des études de littérature française à Paris à la Sorbonne Nouvelle, couronnées par une thèse sur La nouvelle en France de 1948 à 1968, soutenue en 1991, il retourne à Damas et intègre en octobre 1992 l’équipe des enseignants du stage linguistique d’arabe de l’Institut français des études arabes de Damas (Ifead, devenu Institut français du Proche-Orient en 2003). De 1992 à 2016, il joue un rôle majeur dans la formation de générations d’arabisant·es auxquelles il fera, avec passion et enthousiasme, découvrir et apprécier la culture arabe en général et syrienne en particulier. Dès son arrivée à l’Institut, il organise des manifestations culturelles hebdomadaires à destination des étudiants du stage linguistique, le vendredi soir, mettant à l’honneur la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique et la peinture. Ces manifestations connaîtront un grand succès, et toucheront un large public. Elles se poursuivront sous d’autres formes pendant plus de vingt ans, accueillant un public français, européen et syrien, auquel se joindra un public libanais lorsqu’il sera obligé de quitter son pays en 2013 pour s’installer à Beyrouth.

Parallèlement à ses activités culturelles et d’enseignement, il entreprend des recherches sur la création culturelle syrienne qui donneront lieu à plusieurs publications en arabe dont Ne ferme pas tes yeux (Bayt al-muwâtin, 2016 /  لا تغمض عينيك، بيت المواطن للنشر والتوزيع), La musique traditionnelle en Syrie (Publications de l’UNESCO, 2018 / الموسيقى التقليدية في سوريا) et Le corps dans la littérature de guerre syrienne (Presses de l’Ifpo, 2021 / الجسد في رواية الحرب السورية). En 2017, il intègre l’Institut al-Asfari pour la société civile et la citoyenneté de l’Université américaine de Beyrouth (AUB) où il dirige un programme de recherche sur la culture comme forme de résistance.

Intellectuel prolifique, Hassan Abbas était aussi un homme engagé politiquement. Dès février 2011, alors que le soulèvement syrien commence, il entreprend d’organiser à Damas et ses environs, des groupes de discussion avec les jeunes manifestants sur les questions de citoyenneté, de démocratie et de révolution. De ces échanges, qui parfois réunissent plusieurs centaines de personnes, nait le projet de fonder la Ligue de la citoyenneté en décembre 2011 et Bayt al-muwâtin (Maison du citoyen / بيت المواطن), une maison d’édition au sein de laquelle deux collections voient le jour : Silsilat al-tarbiyya al-madaniyya (Série d’éducation civique / سلسلة التربية المدنية) et Silsilat shahâdât sûriyya (Série de témoignages syriens / سلسلة شهادات سورية). L’objectif est d’une part de publier des livres accessibles au plus grand nombre sur les principales questions de citoyenneté et, d’autre part, de préserver la mémoire des évènements que traverse la Syrie depuis 2011. À Beyrouth, Hassan Abbas poursuit sans relâche ce travail d’édition et de formation à la citoyenneté.

Hassan Abbas a profondément marqué les étudiant·es qu’il a formés, les chercheur·es avec lesquel·les il a travaillé, et dont un grand nombre, devenu·es des ami·es, sont en deuil aujourd’hui. Grand érudit, esprit curieux, grand amoureux de la culture, Hassan Abbas aimait échanger avec les autres et transmettre son savoir. Il incarne pour celles et ceux qui l’ont connu cette Syrie si attachante : terre hospitalière et généreuse, assoiffée de liberté et soucieuse de dignité, creuset de tant de civilisations et d’autant de potentialités. Il manquera à la Syrie, comme il manquera à celles et ceux qui l’ont connu. Qu’il repose en paix.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search