Communiqué du Comité de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

3 mars 2020, 11h à Paris

            Pour autant que nous puissions le savoir dans l’opacité de la « justice » iranienne et surtout des arcanes de son pouvoir – à commencer par ce « pouvoir à l’envers » que sont les Gardiens de la Révolution, pour reprendre l’expression de Fariba Adelkhah, du fond de la prison d’Evin – un « procès » à huis clos a eu lieu ce matin à Téhéran. Seule Fariba Adelkhah semble avoir été présente. Roland Marchal ne l’était apparemment pas, et plusieurs hypothèses sont envisageables à ce sujet : il a refusé de comparaître devant une mascarade de justice ; il n’a pas été convoqué ; il n’est plus présentable compte tenu de la dégradation de son état de santé.

            Des informations contradictoires circulent quant à l’éventuelle récusation par les autorités iraniennes des avocats (ou de l’un des avocats) de Fariba Adelkhah et Roland Marchal. Il semble que Fariba Adelkhah n’ait pas bénéficié de l’assistance de son conseil lors de l’audience de ce matin.

            Le procès semble avoir été reporté à une date inconnue.

            Les autorités iraniennes sont les seules responsables d’éventuelles informations erronées que pourrait comporter ce communiqué puisqu’elles maintiennent le silence et le secret.

            La seule chose qui soit certaine en la matière est malheureusement la poursuite de tortures, qui ne sont plus seulement psychologiques, à l’encontre de nos deux collègues. Ces derniers sont maintenus dans un isolement à peu près complet, Fariba Adelkhah n’ayant plus même de contacts directs avec sa famille. Ils ne peuvent toujours pas se rencontrer. La dernière visite consulaire de Roland Marchal remonte à plus d’un mois. Les autorités consulaires françaises ne semblent pas avoir pu observer l’audience de ce matin. Fariba Adelkhah souffre terriblement des reins à la suite de la grève de la faim qu’elle a suivie pendant 49 jours, et elle ne bénéficie d’aucun soin ni d’aucun examen médical susceptible de permettre un diagnostic précis.

            En outre, les autorités iraniennes mettent délibérément en danger la vie de nos deux collègues, physiquement affaiblis, en les maintenant en détention arbitraire dans un milieu carcéral surpeuplé alors que le pays est frappé d’une grave épidémie de coronavirus dont il dissimule l’ampleur et qu’il ne maîtrise pas si l’on en juge par le ratio de la mortalité annoncée par rapport aux cas déclarés.

            Nous demandons une fois de plus leur libération immédiate et inconditionnelle, avant que l’irréparable ne survienne.

            Nous réitérons notre appel pour la suspension de toute forme de coopération scientifique institutionnelle avec la République islamique d’Iran.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.