Arrestation de Patrick George Zaky – dernières nouvelles inquiétantes

Selon les sources italiennes, demain samedi 7 mars, « devrait avoir lieu l’audience pour le renouvellement de la détention préventive, que certains défenseurs des droits de l’homme craignent de voir prolongée périodiquement, sans limite et automatiquement. On ne sait pas non plus pour l’instant si l’audition aura lieu comme prévu le samedi ou si elle sera retardée de quelques jours.

Entre-temps, la mobilisation se poursuit, sous l’impulsion de l’université de Bologne, de l’ONG Amnesty International et d’autres organisations non gouvernementales. Les avocats de l’Initiative égyptienne pour les droits de la personne (EIPR), l’ONG avec laquelle le chercheur travaille, ont déposé deux plaintes auprès du bureau du procureur général, demandant d’enquêter sur la falsification présumée du procès-verbal et sur les tortures perpétrées contre le garçon égyptien. La première plainte, selon l’agence de presse Ansa, est dirigée contre la section des enquêtes du commissariat de Mansura pour « falsification du rapport d’arrestation du 8 février 2020″. La seconde concerne le fait que « Patrick a été battu et soumis à des chocs électriques avant d’être présenté au bureau du procureur ». Ces accusations sont démenties par la justice égyptienne.

Le garçon, inscrit à une maîtrise en études de genre à l’université de Bologne, était en Égypte au début du mois de février pour rendre visite à sa famille. Le mandat d’arrêt contre lui est en vigueur depuis 2019, mais Patrick n’en a jamais eu connaissance. Les accusations portées contre lui vont de la diffusion de fausses nouvelles à l’incitation à la violence ; de la tentative de renverser le régime à l’utilisation des médias sociaux pour porter atteinte à la sécurité nationale ; de la propagande pour les groupes terroristes à l’usage de la violence.

Selon Amnesty International, qui a envoyé une lettre à l’ambassadeur d’Égypte à Rome immédiatement après l’arrestation de Patrick, le risque que le garçon soit ou ait été physiquement torturé est très élevé. « Le sentiment est qu’il s’agit là d’une nouvelle persécution d’un militant politique : l’histoire de Zaky et l’histoire de l’Egypte sous Al Sisi nous le dit », a écrit l’ONG sur son site internet italien. « Comme dans d’autres cas, le danger est que les crimes accusés de Zaky se réfèrent en fait à des activités légitimes de dénonciation, d’information, de commentaire ou de critique publique : des alibis pour légitimer une procédure totalement illégale », ajoute-t-il. Interviewé par l’agence de presse ANSA, le porte-parole d’Amnesty en Italie, Riccardo Noury, a déclaré le 10 février : « Nous attendons une succession d’ordres de détention de 15 jours, renouvelables plusieurs fois, et bien sûr dans cette situation de détention prolongée, sous prétexte de mener des enquêtes, le risque est que les conditions de détention soient comparables à la torture, voire à la torture elle-même. L’ONG EIPR, dont le chercheur est membre, a rapporté que le garçon avait déjà été battu et torturé à l’électrochoc par les forces de sécurité égyptiennes ».
(source: Egitto: Zaky trasferito dal carcere di Mansoura a quello del Cairo | Sicurezza internazionale | LUISS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.