En mémoire de Hassan Abbas

Portrait de Hassan Abbas
Hassan Abbas (1955-2021)

C’est avec une immense tristesse que nous apprenons le décès de Hassan Abbas (حسّان عبّاس), professeur, chercheur et intellectuel engagé dans la société civile syrienne. Après des études de littérature française à Paris à la Sorbonne Nouvelle, couronnées par une thèse sur La nouvelle en France de 1948 à 1968, soutenue en 1991, il retourne à Damas et intègre en octobre 1992 l’équipe des enseignants du stage linguistique d’arabe de l’Institut français des études arabes de Damas (Ifead, devenu Institut français du Proche-Orient en 2003). De 1992 à 2016, il joue un rôle majeur dans la formation de générations d’arabisant·es auxquelles il fera, avec passion et enthousiasme, découvrir et apprécier la culture arabe en général et syrienne en particulier. Dès son arrivée à l’Institut, il organise des manifestations culturelles hebdomadaires à destination des étudiants du stage linguistique, le vendredi soir, mettant à l’honneur la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique et la peinture. Ces manifestations connaîtront un grand succès, et toucheront un large public. Elles se poursuivront sous d’autres formes pendant plus de vingt ans, accueillant un public français, européen et syrien, auquel se joindra un public libanais lorsqu’il sera obligé de quitter son pays en 2013 pour s’installer à Beyrouth.

Parallèlement à ses activités culturelles et d’enseignement, il entreprend des recherches sur la création culturelle syrienne qui donneront lieu à plusieurs publications en arabe dont Ne ferme pas tes yeux (Bayt al-muwâtin, 2016 /  لا تغمض عينيك، بيت المواطن للنشر والتوزيع), La musique traditionnelle en Syrie (Publications de l’UNESCO, 2018 / الموسيقى التقليدية في سوريا) et Le corps dans la littérature de guerre syrienne (Presses de l’Ifpo, 2021 / الجسد في رواية الحرب السورية). En 2017, il intègre l’Institut al-Asfari pour la société civile et la citoyenneté de l’Université américaine de Beyrouth (AUB) où il dirige un programme de recherche sur la culture comme forme de résistance.

Intellectuel prolifique, Hassan Abbas était aussi un homme engagé politiquement. Dès février 2011, alors que le soulèvement syrien commence, il entreprend d’organiser à Damas et ses environs, des groupes de discussion avec les jeunes manifestants sur les questions de citoyenneté, de démocratie et de révolution. De ces échanges, qui parfois réunissent plusieurs centaines de personnes, nait le projet de fonder la Ligue de la citoyenneté en décembre 2011 et Bayt al-muwâtin (Maison du citoyen / بيت المواطن), une maison d’édition au sein de laquelle deux collections voient le jour : Silsilat al-tarbiyya al-madaniyya (Série d’éducation civique / سلسلة التربية المدنية) et Silsilat shahâdât sûriyya (Série de témoignages syriens / سلسلة شهادات سورية). L’objectif est d’une part de publier des livres accessibles au plus grand nombre sur les principales questions de citoyenneté et, d’autre part, de préserver la mémoire des évènements que traverse la Syrie depuis 2011. À Beyrouth, Hassan Abbas poursuit sans relâche ce travail d’édition et de formation à la citoyenneté.

Hassan Abbas a profondément marqué les étudiant·es qu’il a formés, les chercheur·es avec lesquel·les il a travaillé, et dont un grand nombre, devenu·es des ami·es, sont en deuil aujourd’hui. Grand érudit, esprit curieux, grand amoureux de la culture, Hassan Abbas aimait échanger avec les autres et transmettre son savoir. Il incarne pour celles et ceux qui l’ont connu cette Syrie si attachante : terre hospitalière et généreuse, assoiffée de liberté et soucieuse de dignité, creuset de tant de civilisations et d’autant de potentialités. Il manquera à la Syrie, comme il manquera à celles et ceux qui l’ont connu. Qu’il repose en paix.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.