Communiqué de la Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans contre le génocide et en solidarité avec les universitaires et étudiants de Gaza et de Palestine

Le bilan de de l’attaque israélienne sur Gaza s’élève déjà à plus de 100 000 morts et blessés palestiniens selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.  La Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans (SEMOMM) s’associe à la condamnation de cette attaque par le Conseil d’administration de l’Association d’études du Moyen Orient (MESA : version originale et traduction française) et son Comité pour la liberté académique, ainsi qu’à l’initiative européenne lancée par la Coordination universitaire contre la colonisation en Palestine.

Parmi les victimes de l’effroyable bilan humain de cette attaque, on compte 94 professeurs d’université, 231 enseignants et plus de 4 300 étudiants et étudiantes (chiffres de la CUCCP au 5 mars 2024). L’ensemble des universités de Gaza ainsi que 346 écoles ont été détruites, ainsi que de très nombreux sites patrimoniaux et institutions culturelles de Gaza. L’armée israélienne a détruit les principales bibliothèques de Gaza, de nombreuses librairies, maisons d’édition et des centaines d’autres institutions culturelles et scientifiques. Cette guerre est aussi une guerre contre le droit à l’éducation.

Nous demandons l’arrêt immédiat des actions qui aggravent chaque jour la logique génocidaire et nous exprimons en particulier notre solidarité à l’égard des universitaires et des étudiants de Palestine. Nous refusons toute collaboration avec les organisations israéliennes, notamment les universités, qui se rendent coupables de collaboration avec le massacre en cours. Nous appelons le gouvernement français et l’Union européenne à tout faire pour mettre fin au génocide et à s’engager pour la reconstruction de Gaza et en particulier de son enseignement supérieur.

La SEMOMM est aussi très préoccupée par les atteintes aux libertés académiques en France. Dans ce cadre, elle s’étonne du traitement médiatique donné à la conférence sur la Palestine qui s’est tenue à Sciences Po le 12 mars, ainsi que des termes utilisés au plus haut niveau de l’État pour qualifier les faits qui se sont déroulés. Elle s’inquiète de voir l’accusation d’antisémitisme brandie sans fondement pour discréditer toute activité de recherche critique sur la politique poursuivie actuellement par l’État d’Israël. Sur un sujet aussi grave, la prudence et la mesure s’imposent. La SEMOMM redit son attachement au respect des libertés académiques et pédagogiques. Les universités doivent rester des lieux de débat où les analyses peuvent être exprimées et discutées dans toute leur diversité.

Signé : Le bureau de la SEMOMM



Citer ce billet
Semomm (2024, 15 mars). Communiqué de la Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans contre le génocide et en solidarité avec les universitaires et étudiants de Gaza et de Palestine. SEMOMM. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0y3

Une réflexion sur « Communiqué de la Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans contre le génocide et en solidarité avec les universitaires et étudiants de Gaza et de Palestine »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search