Communiqué sur l’organisation du prochain Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient (WOCMES)

En tant que représentants des deux principales associations et institutions françaises consacrées aux études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, nous ne pouvons rester indifférents face au processus qui a conduit à reporter la date du sixième Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient (WOCMES) en 2023 et rouvrir les candidatures à son organisation.

Le Conseil consultatif international du WOCMES, au sein duquel nos institutions sont représentées, avait voté en février 2020 le principe de l’organisation du WOCMES 2022, à Tunis, sous la responsabilité de l’Université de la Manouba en collaboration avec les Universités de Tunis et Tunis El Manar. Après Mayence, Amman, Ankara et deux congrès en Espagne, il paraissait important que le WOCMES se tienne pour la première fois dans un pays du Maghreb, qui célèbre une décennie de transition politique décisive. Nous avons travaillé avec nos collègues tunisiens pour l’organisation d’une rencontre internationale ambitieuse, qui fasse la part belle aux nouvelles générations d’enseignants et de chercheurs dans la région et dans le monde, et qui ouvre de nouvelles voies de coopération et de partage entre les différentes rives de la Méditerranée.

Trois raisons nous poussent aujourd’hui à déplorer publiquement la décision récente remettant en cause la tenue de ce congrès à Tunis.

  1. Nous sommes fortement attachés à la défense de la liberté académique, sous toutes ses formes, en France et partout ailleurs. Celle-ci concerne non seulement la liberté de circuler de tous, qui a justifié cette décision du conseil du WOCMES. Mais nous tenons à rappeler que la liberté académique recouvre également la liberté de travailler, sans censure ni autre forme de répression. De ce point de vue, nous continuons de considérer que le choix des universités de Tunis pour ce Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient était l’une des meilleures façons de rendre hommage et de soutenir toutes celles et ceux qui se battent dans la région et dans le monde pour la liberté d’expression scientifique et académique.
  1. Nous sommes préoccupés par le signal que cette décision envoie au sein de la communauté académique internationale, en contribuant à dévaloriser encore plus le sens des engagements académiques collectifs. Le conseil international consultatif du WOCMES a fait le choix d’interrompre brutalement le travail bénévole engagé depuis plus d’un an par nos collègues tunisiens pour la réussite de cette manifestation mondiale, dans un contexte déjà dégradé par les impacts majeurs de la pandémie du COVID. Face à ce peu de considération et dans ces conditions d’incertitudes, qui prendra le risque de s’engager à nouveau dans l’organisation du WOCMES ?
  1. Il nous apparait de ce fait urgent de restaurer ensemble les conditions nécessaires pour que l’organisation du prochain WOCMES se déroule de manière transparente et responsable. Nous constatons que le fonctionnement actuel du conseil consultatif international du WOCMES repose actuellement sur une base juridique fragile. Il nous paraît indispensable d’apporter les modifications nécessaires pour garantir une plus grande transparence dans la prise de décision et le renouvellement de la composition du conseil, et promouvoir en son sein une représentativité accrue des différentes communautés savantes engagées au niveau international dans les études moyen-orientales. Nous demandons dans ces conditions une révision urgente du statut de ce conseil, du mode de désignation de ses membres et des règles de son fonctionnement.

Pour les bureaux du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans et de la Société d’études du Moyen-Orient et des mondes musulmans (SEMOMM)

Myriam Catusse, CNRS, IREMAM Aix-en-Provence, présidente de la SEMOMM

Eric Vallet, Université de Strasbourg, directeur du GIS MOMM

Voir ausi sur le site du GIS MOMM : http://majlis-remomm.fr/71611

Assassinat de Lokman Slim (1962-2021), hommage de la communauté scientifique

C’est avec une immense tristesse et un sentiment de révolte que nous apprenons la mort de Lokman Slim lâchement assassiné le 3 février 2021 dans le Sud du Liban.

Homme de culture et d’engagement, Lokman Slim paye d’un lourd tribut sa liberté de pensée et sa pratique sans concession de la liberté d’expression.

Lokman Slim anime une table ronde sur le thème « Partager les données numériques au Proche-Orient » le 29 mai 2019 lors du colloque international Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie, photographie V. Ginouvès, CC-BY.

Les chercheur·es en sciences humaines et sociales sur la région du Proche-Orient ont régulièrement bénéficié du travail de Lokman Slim à travers Umam Research & Documentation, une association qu’il co-dirigeait avec son épouse Monika Borgmann. Umam avait été créée en 2004 avec un double objectif : construire un centre d’archives citoyennes accessibles au plus grand nombre et sensibiliser le public aux sujets de la guerre et de la violence à travers les arts. Ensemble, ils avaient aussi fondé le Hangar, un centre culturel dans lequel ont été organisées de nombreuses expositions, notamment sur les mémoires de la guerre et du quartier de Ghobeiri où il était situé.

Porté par une parole située et engagée dans le développement d’une société ouverte et démocratique, ce travail de construction d’une archive de l’histoire immédiate du Liban constitue un apport décisif à nos travaux de recherche.

Lokman Slim occupait une place éminente dans la vie culturelle libanaise. Il avait fondé en 1990, avec sa sœur l’écrivaine Racha Al-Ameer, les éditions Dar Al-Jadid qui ont marqué le paysage éditorial libanais et arabe par ses choix innovants. Avec Monika Borgmann, il avait réalisé deux documentaires incontournables: Massaker (2004) livrait les témoignages d’anciens miliciens ayant participé aux massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila en 1982, Tadmor (2016) portait sur le quotidien des détenus dans la prison syrienne de Tadmor/Palmyre.

Lokman Slim était aussi un écrivain et un orateur au style vif et percutant. Il s’exprimait dans une langue ciselée, aussi bien en arabe qu’en français ou encore en anglais. Deux de ses écrits disponibles en français témoignent de la finesse de ses réflexions et de son amour sans concession du Liban : « La paix à la libanaise, ou l’art de la réconciliation sans modération » (Liban. Espaces partagés et pratiques de rencontre, Cahiers de l’Ifpo, 2008 [En ligne] https://books.openedition.org/ifpo/105) et « Beyrouth. Une capitale qui capitule » (Beyrouth à mots découpés, Poitiers, 2000, http://www.worldcat.org/oclc/495443604) dans lequel il dévoilait quelques faux-semblants de Beyrouth et du métier d’éditeur.

Cet assassinat fait craindre un nouveau cycle de violence visant les intellectuel·les. La communauté académique engagée dans l’étude et la recherche sur les sociétés du Proche-Orient s’associe à la douleur de la famille de Lokman Slim et honore sa mémoire.

Institutions en soutien : CéSor – Centre d’études en sciences sociales du religieux (UMR 8216 – EHESS / CNRS), Ifpo – Institut français du Proche-Orient (UMIFRE 6 / USR 3135-MEAE / CNRS), Sciences-Po CERI – Centre de recherches internationales, département “Etudes arabes” de l’Inalco Institut National des Langues et Civilisations Orientales –  IREMAM – Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (UMR 7310 – CNRS), MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme USR 3125 (AMU/CNRS, GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans, SEMOMM – Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans.

Emma Aubin-Boltanski (CéSOR), Sandra Barrère, (Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire TELEM), Hamit Bozarslan (CETOBaC), Myriam Catusse (IREMAM), Frédérik Detue (Université Côte d’Azur), Kamel Doraï (Ifpo), Véronique Ginouvès (MMSH), Eberhard Kienle (CERI), Pauline Koetschet (Ifpo), Stéphanie Latte-Abdallah (CERI), Franck Mermier (IFEA), Sabrina Mervin (CéSOR), René Otayek (Sciences Po Bordeaux/LAM), Jean-Christophe Peyssard (MMSH), Anna Poujeau (Ifpo), Candice Raymond (Ifpo), Elsa Zakhia (Ifpo).

Arrestation de Patrick George Zaky – dernières nouvelles inquiétantes

Selon les sources italiennes, demain samedi 7 mars, “devrait avoir lieu l’audience pour le renouvellement de la détention préventive, que certains défenseurs des droits de l’homme craignent de voir prolongée périodiquement, sans limite et automatiquement. On ne sait pas non plus pour l’instant si l’audition aura lieu comme prévu le samedi ou si elle sera retardée de quelques jours.

Entre-temps, la mobilisation se poursuit, sous l’impulsion de l’université de Bologne, de l’ONG Amnesty International et d’autres organisations non gouvernementales. Les avocats de l’Initiative égyptienne pour les droits de la personne (EIPR), l’ONG avec laquelle le chercheur travaille, ont déposé deux plaintes auprès du bureau du procureur général, demandant d’enquêter sur la falsification présumée du procès-verbal et sur les tortures perpétrées contre le garçon égyptien. La première plainte, selon l’agence de presse Ansa, est dirigée contre la section des enquêtes du commissariat de Mansura pour “falsification du rapport d’arrestation du 8 février 2020″. La seconde concerne le fait que “Patrick a été battu et soumis à des chocs électriques avant d’être présenté au bureau du procureur”. Ces accusations sont démenties par la justice égyptienne.

Le garçon, inscrit à une maîtrise en études de genre à l’université de Bologne, était en Égypte au début du mois de février pour rendre visite à sa famille. Le mandat d’arrêt contre lui est en vigueur depuis 2019, mais Patrick n’en a jamais eu connaissance. Les accusations portées contre lui vont de la diffusion de fausses nouvelles à l’incitation à la violence ; de la tentative de renverser le régime à l’utilisation des médias sociaux pour porter atteinte à la sécurité nationale ; de la propagande pour les groupes terroristes à l’usage de la violence.

Selon Amnesty International, qui a envoyé une lettre à l’ambassadeur d’Égypte à Rome immédiatement après l’arrestation de Patrick, le risque que le garçon soit ou ait été physiquement torturé est très élevé. “Le sentiment est qu’il s’agit là d’une nouvelle persécution d’un militant politique : l’histoire de Zaky et l’histoire de l’Egypte sous Al Sisi nous le dit”, a écrit l’ONG sur son site internet italien. “Comme dans d’autres cas, le danger est que les crimes accusés de Zaky se réfèrent en fait à des activités légitimes de dénonciation, d’information, de commentaire ou de critique publique : des alibis pour légitimer une procédure totalement illégale”, ajoute-t-il. Interviewé par l’agence de presse ANSA, le porte-parole d’Amnesty en Italie, Riccardo Noury, a déclaré le 10 février : “Nous attendons une succession d’ordres de détention de 15 jours, renouvelables plusieurs fois, et bien sûr dans cette situation de détention prolongée, sous prétexte de mener des enquêtes, le risque est que les conditions de détention soient comparables à la torture, voire à la torture elle-même. L’ONG EIPR, dont le chercheur est membre, a rapporté que le garçon avait déjà été battu et torturé à l’électrochoc par les forces de sécurité égyptiennes”.
(source: Egitto: Zaky trasferito dal carcere di Mansoura a quello del Cairo | Sicurezza internazionale | LUISS

Livre blanc sur les Humanités numériques – GIS MOMM

Dans le prolongement du livre blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, le GIS MOMM a entrepris un état des lieux concernant la pratique des humanités numériques dans les études portant sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans. La première version du livre Livre blanc Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France a été publiée en février 2020. L’équipe qui a travaillé sur cette synthèse invite les collègues concernés à transmettre, d’ici au 30 avril 2020, leurs observations et commentaires afin d’enrichir les données rassemblées et d’encourager l’élaboration d’une version augmentée.

N’hésitez-pas à envoyer vos remarques à cette adresse: contact.gis[at]ehess.fr

Communiqué du Comité de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

3 mars 2020, 11h à Paris

            Pour autant que nous puissions le savoir dans l’opacité de la « justice » iranienne et surtout des arcanes de son pouvoir – à commencer par ce « pouvoir à l’envers » que sont les Gardiens de la Révolution, pour reprendre l’expression de Fariba Adelkhah, du fond de la prison d’Evin – un « procès » à huis clos a eu lieu ce matin à Téhéran. Seule Fariba Adelkhah semble avoir été présente. Roland Marchal ne l’était apparemment pas, et plusieurs hypothèses sont envisageables à ce sujet : il a refusé de comparaître devant une mascarade de justice ; il n’a pas été convoqué ; il n’est plus présentable compte tenu de la dégradation de son état de santé.

            Des informations contradictoires circulent quant à l’éventuelle récusation par les autorités iraniennes des avocats (ou de l’un des avocats) de Fariba Adelkhah et Roland Marchal. Il semble que Fariba Adelkhah n’ait pas bénéficié de l’assistance de son conseil lors de l’audience de ce matin.

            Le procès semble avoir été reporté à une date inconnue.

            Les autorités iraniennes sont les seules responsables d’éventuelles informations erronées que pourrait comporter ce communiqué puisqu’elles maintiennent le silence et le secret.

            La seule chose qui soit certaine en la matière est malheureusement la poursuite de tortures, qui ne sont plus seulement psychologiques, à l’encontre de nos deux collègues. Ces derniers sont maintenus dans un isolement à peu près complet, Fariba Adelkhah n’ayant plus même de contacts directs avec sa famille. Ils ne peuvent toujours pas se rencontrer. La dernière visite consulaire de Roland Marchal remonte à plus d’un mois. Les autorités consulaires françaises ne semblent pas avoir pu observer l’audience de ce matin. Fariba Adelkhah souffre terriblement des reins à la suite de la grève de la faim qu’elle a suivie pendant 49 jours, et elle ne bénéficie d’aucun soin ni d’aucun examen médical susceptible de permettre un diagnostic précis.

            En outre, les autorités iraniennes mettent délibérément en danger la vie de nos deux collègues, physiquement affaiblis, en les maintenant en détention arbitraire dans un milieu carcéral surpeuplé alors que le pays est frappé d’une grave épidémie de coronavirus dont il dissimule l’ampleur et qu’il ne maîtrise pas si l’on en juge par le ratio de la mortalité annoncée par rapport aux cas déclarés.

            Nous demandons une fois de plus leur libération immédiate et inconditionnelle, avant que l’irréparable ne survienne.

            Nous réitérons notre appel pour la suspension de toute forme de coopération scientifique institutionnelle avec la République islamique d’Iran.

Fariba Adelkhah & Roland Marchal : le CNRS demande leur libération immédiate

Dans un communiqué de presse daté du 16 janvier 2020, le CNRS demande la libération immédiate de nos collègues Fariba Adelkhah & Roland Marchal :

Le CNRS demande la libération immédiate de Fariba Adelkhah, directrice de recherche de Sciences Po, en grève de la faim, et de Roland Marchal, chargé de recherche au CNRS, tous deux membres du Centre de recherches internationales (CERI – Sciences-Po/CNRS), emprisonnés en Iran depuis le mois de juin 2019. Le CNRS condamne avec la plus grande fermeté ces emprisonnements arbitraires qui font peser une menace sur la libre circulation indispensable à l’exercice de la recherche.
Le CNRS continuera de participer aux actions publiques pour obtenir leur libération, aux côtés de leurs familles et du comité de soutien.

Source : http://www.cnrs.fr/fr/le-cnrs-demande-la-liberation-immediate-des-chercheurs-emprisonnes-en-iran

Pour rappel site du comité de soutien de Fariba Adelkhah et de Roland Marchal : https://faribaroland.hypotheses.org

Signer la pétition pour soutenir leur libération : https://faribaroland.hypotheses.org/petition