Arrestation de Patrick George Zaky – dernières nouvelles inquiétantes

Selon les sources italiennes, demain samedi 7 mars, « devrait avoir lieu l’audience pour le renouvellement de la détention préventive, que certains défenseurs des droits de l’homme craignent de voir prolongée périodiquement, sans limite et automatiquement. On ne sait pas non plus pour l’instant si l’audition aura lieu comme prévu le samedi ou si elle sera retardée de quelques jours.

Entre-temps, la mobilisation se poursuit, sous l’impulsion de l’université de Bologne, de l’ONG Amnesty International et d’autres organisations non gouvernementales. Les avocats de l’Initiative égyptienne pour les droits de la personne (EIPR), l’ONG avec laquelle le chercheur travaille, ont déposé deux plaintes auprès du bureau du procureur général, demandant d’enquêter sur la falsification présumée du procès-verbal et sur les tortures perpétrées contre le garçon égyptien. La première plainte, selon l’agence de presse Ansa, est dirigée contre la section des enquêtes du commissariat de Mansura pour « falsification du rapport d’arrestation du 8 février 2020″. La seconde concerne le fait que « Patrick a été battu et soumis à des chocs électriques avant d’être présenté au bureau du procureur ». Ces accusations sont démenties par la justice égyptienne.

Le garçon, inscrit à une maîtrise en études de genre à l’université de Bologne, était en Égypte au début du mois de février pour rendre visite à sa famille. Le mandat d’arrêt contre lui est en vigueur depuis 2019, mais Patrick n’en a jamais eu connaissance. Les accusations portées contre lui vont de la diffusion de fausses nouvelles à l’incitation à la violence ; de la tentative de renverser le régime à l’utilisation des médias sociaux pour porter atteinte à la sécurité nationale ; de la propagande pour les groupes terroristes à l’usage de la violence.

Selon Amnesty International, qui a envoyé une lettre à l’ambassadeur d’Égypte à Rome immédiatement après l’arrestation de Patrick, le risque que le garçon soit ou ait été physiquement torturé est très élevé. « Le sentiment est qu’il s’agit là d’une nouvelle persécution d’un militant politique : l’histoire de Zaky et l’histoire de l’Egypte sous Al Sisi nous le dit », a écrit l’ONG sur son site internet italien. « Comme dans d’autres cas, le danger est que les crimes accusés de Zaky se réfèrent en fait à des activités légitimes de dénonciation, d’information, de commentaire ou de critique publique : des alibis pour légitimer une procédure totalement illégale », ajoute-t-il. Interviewé par l’agence de presse ANSA, le porte-parole d’Amnesty en Italie, Riccardo Noury, a déclaré le 10 février : « Nous attendons une succession d’ordres de détention de 15 jours, renouvelables plusieurs fois, et bien sûr dans cette situation de détention prolongée, sous prétexte de mener des enquêtes, le risque est que les conditions de détention soient comparables à la torture, voire à la torture elle-même. L’ONG EIPR, dont le chercheur est membre, a rapporté que le garçon avait déjà été battu et torturé à l’électrochoc par les forces de sécurité égyptiennes ».
(source: Egitto: Zaky trasferito dal carcere di Mansoura a quello del Cairo | Sicurezza internazionale | LUISS

Livre blanc sur les Humanités numériques – GIS MOMM

Dans le prolongement du livre blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, le GIS MOMM a entrepris un état des lieux concernant la pratique des humanités numériques dans les études portant sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans. La première version du livre Livre blanc Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France a été publiée en février 2020. L’équipe qui a travaillé sur cette synthèse invite les collègues concernés à transmettre, d’ici au 30 avril 2020, leurs observations et commentaires afin d’enrichir les données rassemblées et d’encourager l’élaboration d’une version augmentée.

N’hésitez-pas à envoyer vos remarques à cette adresse: contact.gis[at]ehess.fr

Communiqué du Comité de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

3 mars 2020, 11h à Paris

            Pour autant que nous puissions le savoir dans l’opacité de la « justice » iranienne et surtout des arcanes de son pouvoir – à commencer par ce « pouvoir à l’envers » que sont les Gardiens de la Révolution, pour reprendre l’expression de Fariba Adelkhah, du fond de la prison d’Evin – un « procès » à huis clos a eu lieu ce matin à Téhéran. Seule Fariba Adelkhah semble avoir été présente. Roland Marchal ne l’était apparemment pas, et plusieurs hypothèses sont envisageables à ce sujet : il a refusé de comparaître devant une mascarade de justice ; il n’a pas été convoqué ; il n’est plus présentable compte tenu de la dégradation de son état de santé.

            Des informations contradictoires circulent quant à l’éventuelle récusation par les autorités iraniennes des avocats (ou de l’un des avocats) de Fariba Adelkhah et Roland Marchal. Il semble que Fariba Adelkhah n’ait pas bénéficié de l’assistance de son conseil lors de l’audience de ce matin.

            Le procès semble avoir été reporté à une date inconnue.

            Les autorités iraniennes sont les seules responsables d’éventuelles informations erronées que pourrait comporter ce communiqué puisqu’elles maintiennent le silence et le secret.

            La seule chose qui soit certaine en la matière est malheureusement la poursuite de tortures, qui ne sont plus seulement psychologiques, à l’encontre de nos deux collègues. Ces derniers sont maintenus dans un isolement à peu près complet, Fariba Adelkhah n’ayant plus même de contacts directs avec sa famille. Ils ne peuvent toujours pas se rencontrer. La dernière visite consulaire de Roland Marchal remonte à plus d’un mois. Les autorités consulaires françaises ne semblent pas avoir pu observer l’audience de ce matin. Fariba Adelkhah souffre terriblement des reins à la suite de la grève de la faim qu’elle a suivie pendant 49 jours, et elle ne bénéficie d’aucun soin ni d’aucun examen médical susceptible de permettre un diagnostic précis.

            En outre, les autorités iraniennes mettent délibérément en danger la vie de nos deux collègues, physiquement affaiblis, en les maintenant en détention arbitraire dans un milieu carcéral surpeuplé alors que le pays est frappé d’une grave épidémie de coronavirus dont il dissimule l’ampleur et qu’il ne maîtrise pas si l’on en juge par le ratio de la mortalité annoncée par rapport aux cas déclarés.

            Nous demandons une fois de plus leur libération immédiate et inconditionnelle, avant que l’irréparable ne survienne.

            Nous réitérons notre appel pour la suspension de toute forme de coopération scientifique institutionnelle avec la République islamique d’Iran.

Fariba Adelkhah & Roland Marchal : le CNRS demande leur libération immédiate

Dans un communiqué de presse daté du 16 janvier 2020, le CNRS demande la libération immédiate de nos collègues Fariba Adelkhah & Roland Marchal :

Le CNRS demande la libération immédiate de Fariba Adelkhah, directrice de recherche de Sciences Po, en grève de la faim, et de Roland Marchal, chargé de recherche au CNRS, tous deux membres du Centre de recherches internationales (CERI – Sciences-Po/CNRS), emprisonnés en Iran depuis le mois de juin 2019. Le CNRS condamne avec la plus grande fermeté ces emprisonnements arbitraires qui font peser une menace sur la libre circulation indispensable à l’exercice de la recherche.
Le CNRS continuera de participer aux actions publiques pour obtenir leur libération, aux côtés de leurs familles et du comité de soutien.

Source : http://www.cnrs.fr/fr/le-cnrs-demande-la-liberation-immediate-des-chercheurs-emprisonnes-en-iran

Pour rappel site du comité de soutien de Fariba Adelkhah et de Roland Marchal : https://faribaroland.hypotheses.org

Signer la pétition pour soutenir leur libération : https://faribaroland.hypotheses.org/petition