Motion en solidarité à la communauté universitaire de Gaza, votée par le CA de l’INALCO le 7 juin 2024

Motion discutée au CA de l’Inalco le 31 mai 2024 et adoptée le 7 juin 2024.

8.1. Proposition de motion en solidarité à la communauté universitaire de Gaza

Le Conseil d’administration de l’Inalco est solidaire de l’ensemble des communautés universitaires affectées par les graves événements en cours au Proche-Orient, et notamment celles de Gaza et de Cisjordanie. A Gaza, la destruction systématique des infrastructures civiles, en particulier des universités et des bibliothèques, ainsi que la mort ou les blessures de membres de la communauté universitaire, sont une conséquence dramatique des opérations militaires de l’armée israélienne. Un retour à la normale pour le système académique palestinien nécessitera une longue reconstruction, dont la perspective demeure aujourd’hui lointaine.

Dans ce cadre, nous appelons France Universités à exprimer publiquement la préoccupation des établissements d’enseignement supérieur et de recherche français quant à cette situation aux conséquences désastreuses pour la formation et la recherche en Palestine, et pour l’avenir de toute une jeunesse, privée aujourd’hui du droit fondamental d’accéder à l’éducation.

Nous nous adressons au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et nous appelons France Universités à relayer notre appel, afin que tout soit mis en oeuvre pour permettre à nos établissements d’accueillir les enseignants, chercheurs et enseignants-chercheurs ainsi que les étudiants issus des Territoires palestiniens occupés. Nous demandons notamment à ce que les moyens du programme PAUSE soient augmentés. Pour les lauréats du programme PAUSE, nous appelons les autorités nationales à faciliter l’obtention rapide de visas et à assurer la possibilité, pour ces communautés, d’une sortie du territoire qui leur permettra de rejoindre leurs universités d’accueil avec toute la sérénité possible.

Le Conseil d’administration soutient l’engagement de la communauté universitaire de l’Inalco à éclairer les débats sur les conflits en cours selon une approche scientifique, et à accueillir des étudiants ou universitaires contraints de quitter leurs pays notamment par le biais du programme « Pause » ou du DU « Passerelle ».

L’établissement, en poursuivant en ce sens et en renforçant ses liens avec les communautés universitaires palestiniennes, notamment celles de la bande de Gaza, entend apporter sa contribution à la paix qu’il appelle de ses vœux.

Communiqué de la Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans contre le génocide et en solidarité avec les universitaires et étudiants de Gaza et de Palestine

Le bilan de de l’attaque israélienne sur Gaza s’élève déjà à plus de 100 000 morts et blessés palestiniens selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.  La Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans (SEMOMM) s’associe à la condamnation de cette attaque par le Conseil d’administration de l’Association d’études du Moyen Orient (MESA : version originale et traduction française) et son Comité pour la liberté académique, ainsi qu’à l’initiative européenne lancée par la Coordination universitaire contre la colonisation en Palestine.

Parmi les victimes de l’effroyable bilan humain de cette attaque, on compte 94 professeurs d’université, 231 enseignants et plus de 4 300 étudiants et étudiantes (chiffres de la CUCCP au 5 mars 2024). L’ensemble des universités de Gaza ainsi que 346 écoles ont été détruites, ainsi que de très nombreux sites patrimoniaux et institutions culturelles de Gaza. L’armée israélienne a détruit les principales bibliothèques de Gaza, de nombreuses librairies, maisons d’édition et des centaines d’autres institutions culturelles et scientifiques. Cette guerre est aussi une guerre contre le droit à l’éducation.

Nous demandons l’arrêt immédiat des actions qui aggravent chaque jour la logique génocidaire et nous exprimons en particulier notre solidarité à l’égard des universitaires et des étudiants de Palestine. Nous refusons toute collaboration avec les organisations israéliennes, notamment les universités, qui se rendent coupables de collaboration avec le massacre en cours. Nous appelons le gouvernement français et l’Union européenne à tout faire pour mettre fin au génocide et à s’engager pour la reconstruction de Gaza et en particulier de son enseignement supérieur.

La SEMOMM est aussi très préoccupée par les atteintes aux libertés académiques en France. Dans ce cadre, elle s’étonne du traitement médiatique donné à la conférence sur la Palestine qui s’est tenue à Sciences Po le 12 mars, ainsi que des termes utilisés au plus haut niveau de l’État pour qualifier les faits qui se sont déroulés. Elle s’inquiète de voir l’accusation d’antisémitisme brandie sans fondement pour discréditer toute activité de recherche critique sur la politique poursuivie actuellement par l’État d’Israël. Sur un sujet aussi grave, la prudence et la mesure s’imposent. La SEMOMM redit son attachement au respect des libertés académiques et pédagogiques. Les universités doivent rester des lieux de débat où les analyses peuvent être exprimées et discutées dans toute leur diversité.

Signé : Le bureau de la SEMOMM

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search